Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 22:57
 
Dans la collection Vents contraires
dirigée par Alain Helissen
VOIX éditions/Richard Meier
 
 
 
  Jérôme BERTIN
  FRAGMENTS DU CARNAGE
 
 
Enrichi de 4 dessins en couleur d’Anne Van Der Linden
 
 
 
Fragments du carnage s’inscrit dans la perspective de développement d’une para-poésie, d’une poésie de genre, entreprise depuis quelques années déjà par Jérôme Bertin. Après la prose poétique, Babylone-centre (Le Corridor Bleu) et Round 99 (Al Dante), l’auteur revient au vers libre avec Zyklon B Zombie (à paraître), et aujourd’hui Fragments du carnage, pour décrire son univers de série B. Il y donne à voir, comme dans ses précédents travaux, un monde chaotique, apocalyptique, aussi glauque que kitch, au bord de l’explosion, ou la drogue, le sexe, le crime ont pris le pouvoir.
 
Jérôme Bertin est né en 1975 à Limoges.Il vit aujourd’hui à Lille .Il a collaboré à de nombreuses revues, telles que Nioques, Java, Action Poétique, Fusées, Evidenz.
 
ISBN 2-914640-73-0
EAN 9782914640732
60 pages ; format 14 x 21 cm
Prix : 13 euros, port inclus.
 
Commande
à adresser à : Alain Helissen 53 rue de l’Entente
57400 SARREBOURG
(règlement par chèque à l’ordre d’Alain Helissen)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
NOM________________________Prénom________________________________________
 
ADRESSE__________________________________________________________________
 
 
Commande ____exemplaire(s) de Fragments du carnage pour la somme de _____euros


-extraits-

voilà pour ce qui concerne l'honneur bourgeois
une exposition de soldat mort a lieu
dans la salle à vom/
t ir(s) de mortiers +
paysages déformés par crises de manque
voix reconstituée de
jack the ripper
"god damn them"
barricades de crânes et de
lamborghini coun-
tach(e) de merde sur le saint suaire
regard interdit minaude :
"je serai ta petite pute bien sage"
passe en boucle dans l'air marron des
cabinets ministériels comme cible n°1
la rencontre de ses cuisses et du métal
débile 28 :
"notre père noël qui êytes aux cieux"
sept mômes pourrissent dans sa toile glu-
ante christ superstrar pause pour
voici vêtu d'une peau de nègre jean paul gauthier
générique de maguy vs
entombed
 un volontarisme esthétique déclarant la guerre
colombes rôties exhalent une odeur de merde
hagards
enfermés dans une daube de rom-
éro(s) tartare +
respiration saccadée de la victime aux abois
(...)


articles


t-on pomper si punk veto

à l'occasion de la parution de Fragments de carnage de Jérôme Bertin / collection Vents contraires de Voix éditions

Ce n'est donc pas vrai qu'il n'y a plus rien à faire. On peut même faire papys du grunge d'avant et ressortir sa collection de Boxon et causer sur l'évolution des écritures. Il faut dire qu'on avait nos petites habitudes. La discographie de Jérôme Bertin pour exemple : dans Boxon 17, le canal culturel bien assez bourré, les références égales sous bien des points de vue, surtout les plus importants, dès qu'elles commencent à bien vouloir s'exploser. Rappel du début :

« Est un punk Egon Schiele corps torturés corps-démence Est un punk Schonberg dissonances fractures Est un punk Vincent Van Gogh se tranchant une oreille Sont des punks David Cronenberg adaptant Crash de J.G. Ballard et David Lynch faisant tomber des embryons du plafond dans Eraserhead Est un punk Allen Ginsberg qui demande à Peter Orlovsky d'ausculter son anus attaqué par des vers Est un punk Erik Satie jouant convulsions Embryons desséchés Sont des punks les Sex Pistols et les enfants du prince Charles arborant la croix gammée pour faire chier leur petit grand monde de merde [...] »

Le punk est donc tout sauf une réduction générique. Quant au texte trash qui remet les pendules à l'heure en commençant par casser les cadrans, s'il a bien sûr beaucoup de mérite, il a quand même des ressorts prosodiques remâchés, mais c'est aussi un type d'occasion dans lequel on a maintenant quelques habitudes. Parce que c'est vrai que le langage a bien cherché qu'on lui fasse cette violence là. Même les airs anthologiques qui jaunissent les fameux poèmes modernes : « il a deux trous rouges à la place du cul »1. Ce n'est pas parce que nos grand-mères commencent à se faire à l'idée que ce pourrait être moins vrai. Même si, à force, c'est facile à dire et même si, bien sûr, ça n'empêche que la décharge vengeresse et fera bien dire que l'auteur fait toujours bien de déconstruire à ce point-là.

Et même si la forme d'arrivée a ce quelque chose de chantage à bien attraper ringard qui se laisserait glacer par un décharné si poussé. Si la chronologie de son catalogue doit poser Fragments de carnage comme le retour de Jérôme Bertin au vers libre, c'est qu'il y a quelques détails de forme à redébattre. On comprendra donc que l'auteur a dû s'hypersensibiliser au carnage et pour cause : « le cauchemar est le seul mode de lucidité »2. Comme ce sont des fragments qui en ressortent, on pourra toujours craindre d'avoir une collection de joyaux, ce ne seront donc jamais que quelques vers un peu moins hétéroclites qu'espérables et notoirement pas soucieux à se peaufiner genre bien-sentis. D'ailleurs, la variété des niveaux énonciatifs est matérialisée presque redite par des codes typographiques très réglés : prélèvements heurtés et généraleries en gras, citations synthétiques en italique, phrases automatiques peut-être même le décrochage entre guillemets. À force, interrompu jamais que par les dessins crus tandis que cocasses quoique remués d'Anne Van der Linden, le respect des règles permet à la trame verticale de se détendre pour faire se tamiser les énoncés. Et c'est là que c'est formidable. Que les fragments puissent avoir des vacillements aussi significatifs, cela valait le coup de revenir en terrain sémantique, même s'il n'y a toujours rien à en attendre de moins carnage. Et pour cause : « notre chemin sera vertical »3. C'est donc pas rien si l'interlignage est aussi régulier. « dans un lieu sordide genre 1975 »4, ce type de suspension bonne à tout faire au point qu'il pourrait se passer des choses terribles, qu'il y a donc une ambiance intenable même si, pour le reste, il ne se passe pas forcément des choses si terribles dans le détail, au seul point de vue du fragment par fragment - alors que, bien sûr, le thème de la drogue, les voix de goering, aliagas, willis, zitrone, docteur doug ross, « voix d'outre tombe et de guy lux »5, « mike brant olympia 71 »6, « voix vaudeville dernier round »7, « voix reconstituée de jack the ripper »8, « voix de brad pitt dans 12 monkeys »9, burroughs et le stade oral dans tous les sens de l'avilissement même pas irréversible : « le prêtre-non officie en string léop/ d ard au garde à vous il dépose l'acide / sur la langue des fidèles »10, « un CDD de bouffeur de queues américaines »11, « "vous reprendrez bien un verre de foutre" »12. Autre exemple de dite phrase automatique décrochement : « "vos paupières sont lourdes vous ne pouvez plus dormir" »13, si bien qu'au-delà du discours automatique, même l'hypnose est devenue impraticable et, d'ailleurs, insomniaque. « "vous vous croyez dans un train de la vie" »14 tellement vrai que la misère sociale même la routine se donne pour un drame une certaine épaisseur destinale. On pourrait dire auto-expréciativement le « "voici notre base de données de bruits empoisonnés" »15. Un dernier fait formel pour la route : les enjambements suraccidentés. Par exemple : « sexe de nourris- / son hypertrophié »16 ou, plus technique : « yeux livides incrustés dans le plafo- / n (i) d de frelons de la culotte »17, voire sciemment pas tout à fait illisible, de ces encastrements en place de retraits efficaces et pas plus fiers que ça à cause de la hauteur de l'effet enchaîné : « slips ouverts génitaux flipf- / lapant la semence noire du reproducteur en chef / le nef plein de schnouf coupée / avec du détergent à ch/ / f iottes bas barbelés glaviottent »18. Mais, le même fait oblige de relever quand le procédé se fait parfois nettement plus chaffouré de sa froideur : « aux 400 coups le séducteur de petites f/ / b illes troquées contre came / le visage du futur crève les yeux ». Si les thèmes sont tellement emboîtés, au-delà du labeur prosodique, c'est donc un fait du carnage : « poupée russe mussolini / "dites haaaaaaaaaaaa" / il enfonce le canon dans la bouche à pipe / entame un va-et-vient sensuel »19 décidément ce que la pornographie n'est même plus le problème : « banque d'images X / fragments d'une grammaire nouvelle de l'agression »20 Et sur les rapports entre misère et délinquance sexuelles, cf. Antoine Hummel, « dettedeladette », revue Enculer n°3, Rennes, association Chien, 2008, p. 49-53, suite à « l'officier éjacule dans doudou de latex »21. Donc, il y a bien une cosmologie très cohérente là-dessous ou qu'importe s'il y a bien quelques vers qui ressemblent à des énoncés gras évasés de surétiration tel « l'homme sécrète du désastre »22 et ne pas compter dessus pour que ça rentre dans le détail. De toute façon, il y a bien un rapport entre l'obligatoire de la concaténation énonciative et « "regarde-moi quand je te baise" »23. C'est ça la poésie : l'avantage, c'est quand tombe dessus, c'est donc pas pour s'appuyer. Sur ce, on trouverait que le carnage... et charognards les qui voudraient les anecdotes en plus. C'est dire qu'un effet du carnage tient dans la tendance de la langue à aimer les codes y compris quand on lui a rien demandé : « cadavres de chats + pneus déferlent »24 ou, d'un autre niveau, le n'importe quoi de l'ère culturel, « générique de maguy vs entombed »25, devrait même - « sifflements de trains de la mort vs. / steve reich »26 - participer de la vitesse à laquelle les choses qui finissent par s'entreprendre « "il y a votre propre voix au bout du fil' »27 et c'est normal que le lecteur finisse par s'y entendre parler « torture viols ratonnades et + si aff »28 et tu parles que c'est celui qui dit qui : déforestation des supports d'oxygénations psychanalytiques.

David Christoffel

Publié le 21 avril 2008 sur site plexus-s 

1 Jérôme Bertin, Fragments du carnage, Elne, Voix éditions, collection Vents contraires, 2008, p. 25.
2 Ibid., p. 49.
3 Ibid., p. 7.
4 Ibid., p. 5.
5 Ibid., p. 20.
6 Ibid., p. 25.
7 Ibid., p. 26.
8 Ibid., p. 30.
9 Ibid., p. 38.
10 Ibid., p. 43.
11 Ibid., p. 40.
12 Ibid., p. 19.
13 Ibid., p. 5.
14 Ibid., p. 7.
15 Ibid., p. 8.
16 Ibid., p. 8.
17 Ibid., p. 10.
18 Ibid., p. 11.
19 Ibid., p. 9.
20 Ibid., p. 36.
21 Ibid., p. 43.
22 Ibid., p. 48.
23 Ibid., p. 34.
24 Ibid., p. 18.
25 Ibid., p. 31.
26 Ibid., p. 39-40.
27 Ibid., p. 41.
28 Ibid., p. 41.


article de Dominique Quélen
publié dans CCP, N°17; mars 2009

Avec la précision d'un cadavre dévasté, ces "fragments d'une grammaire nouvelle de l'agression " poursuivent la tâche de l'horrible travailleur Jérôme Bertin, en vers cette fois, dont certains gros et gras comme des slogans. Para-poésie politique (voir le dernier vers), mais tout autant intime, ce qui en fait aussi le prix quand surgissent les "nouveaux-nés" d'un "lieu sordide genre 1975", et la "peine capitale de la naissance". Une invention constante et une  furia comica empêchent le discours de se figer, entre autres par la pratique d'une forme personnelle d'épenthèse qui relance les sens en les déréglant, et l'auteur se charge lui-même de détourner le cours de ce procès-verbal qui coule avec la violence et la cruauté des fluides corporels. Car "parler c'est mentir vivre c'est collaborer". Intenable aporie. Le lecteur en reste sonné. Quatre dessins liminaires d'Anne Van der Linden annonçaient la couleur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Collection Vents Contraires
commenter cet article

commentaires

Zollnio 26/02/2015 11:48

Sa va et Jérôme Bertin

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact