Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 10:44
Vient de paraître
Dans la collection « Vents Contraires » dirigée par Alain Helissen
chez VOIX éditions/Richard Meier :

 

 

Mathieu NUSS

AGIO


L'Agio : versets escortant les coutures craquantes du quotidien, les rapports si variés si momentanés aux choses. On préfèrerait drôle à absurde. Investissement total de miettes de langage, charriages et vracs effervescents récupérés dans la course, symptômes qui montent en grade, ceux de quiconque peine à trouver ses repères, statut plus spéculé que trouvable, d'où l'amer sentiment-besoin de froisser la langue et les coutumes en vigueur.


Mathieu Nuss est né en 1980. Il dirige la revue Boudoir & autres, contribue régulièrement aux revues Po&sie et CCP. Il a fait paraître un premier livre, (une)Affirmation, aux éditions Ragage en 2006, et 2 tirages limités, Apartés (avecJean-Marc Scanreigh), et Al Mano (avec Georges Ball), chez Daniel Leuwers en 2007.



Avec des vignettes de Jean-Marc Scanreigh (30 ex. de tête, hors tirage courant)
ISBN 2-914640-83-8
Format : 14 x 21 cm
Pages : 64
Prix exemplaire courant : 13 € (port compris)

Prix de l'exemplaire de tête : 50 € (port compris)

Commande à :

Alain Helissen
53 rue de l'Entente
57400 Sarrebourg
règlement par chèque à l'ordre d'Alain Helissen


critique de "AGIO" par Bruno Fern ; publiée sur site libr-critique :
http://www.t-pas-net//libr-critique/?p=1338

[Livre-chronique], Mathieu NUSS, Agio, par Bruno FERN

16 09 2009

| Posté par rédaction | Catégorie : Livres reçus, UNE, chroniques |

Mathieu NUSS, Agio, vignettes de Jean-Marc Scanreigh, VOIX éditions / Richard Meier, collection « Vents Contraires », 2009, 64 pages, 13 €, ISBN : 978-2-914640-83-8.

Bruno FERN

Dans son deuxième livre (le premier est paru aux éditions Ragage) , Mathieu Nuss cherche à établir, en 7 blocs de versets, une différence avec les coutumes en vigueur, c’est-à-dire la valeur ordinairement accordée à la langue selon le taux communicationnel dont les exemples ne manquent pas : la langue de (grande) surface, tant « le discours publicitaire est devenu le maître des discours » (Dominique Quessada, L’Esclavemaître, Verticales, 2002), qui se rate elle-même à force se croire transparente. C’est ainsi que l’on pourrait comprendre, du moins en partie, le titre de l’ouvrage, comme ce plus espéré par l’investissement total de miettes de langage.

Indéniablement, il y a de l’emportement là-dedans (et même de la furie), ce qui suppose à la fois de la continuité, des fils tenables à travers reprises et variations (par exemple, celui des multiples passages entre les états solide et liquide qui évoquent aussi bien la forme du livre, à mi-chemin entre précipitation et concrétions), et des ruptures qui constituent autant de relances, oscillation multidirectionnelle qui renverrait en fin de compte à celle, fondamentale, entre moi & moi-démis-de-mes-fonctions.

Comme on le voit, l’humour n’est pas absent, conformément à ce qui est d’ailleurs souhaité en 4ème de couverture : on préfèrerait drôle à absurde – l’emploi du conditionnel soulignant la lucidité de celui qui, dès les premiers mots, n’essaie pas de masquer les limites de son entreprise puisque le grain de sable est partie prenante du mécanisme : « du lait du défaut dans le lait ayant fait croître l’armature visagée de la suite qui prend le relais maintenant échancre. »

En outre, une telle écriture enchevêtre subtilement les registres, du savant au trivial, avec une fréquence élevée du lexique relatif à l’organique où elle se désigne souvent elle-même : « choisir & altérer comme un grand cette proximité remplie de l’état animal » ; ou bien encore : « évitant ostensiblement le conduit préfabriqué c’est (s’) admettre végétal demandeur d’espaliers. »

En fait, chacun des versets pourrait être comparé à un cluster au sens musical du terme (surtout quand l’on connaît le vif intérêt que porte à ce domaine celui qui porte sa chemise couleur violoncelle pour se dédommager de ne pratiquer aucun instrument), mêlant toutes sortes d’éléments afin d’en tirer un accord si possible inouï : « déchets sonores (produits des conditions de résonance sans cesse changeantes) non sans y ajuster quelqu’onomatopées d’attache-vie elles couvrent temporaires & préfèrent recommencer ailleurs. »

Ainsi l’auteur tente-t-il à sa façon de parvenir à ce qu’il semblait se fixer comme objectif dans un texte critique paru antérieurement et qui portait le même titre : Voilà d’exemplaires poussées et repoussées qui fonctionnent en îlots de continuités sensitives, intimement organisées (Revue Po&sie, n° 116, septembre 2006).

Tags:editions-voix, fern, Nuss, poésie, versets

Partager cet article

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Collection Vents Contraires
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact