Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 09:36

Alain Helissen publie chez Voix éditions les plus petits ouvrages de poésie qui soient et dans un format inédit : une boîte d'allumettes ! Oui, une vraie boîte d'allumettes. Les 40 bâtonnets ("contenance moyenne" souligne Feudor) sont remplacés par un superbe "livre" plié en accordéon et composé de poèmes-collages-photos-graffitis-dessins-etc. qui forment comme une partition d'orgue de barbarie miniature dont les trous seraient des mots et des images. "A tenir éloigné des enfants" proclame l'étiquette officielle du fabricant : poème ready-made ! Mais la "vraie" étiquette est d'une réjouissance roborative - malgré le dur constat fait à chaque fois à propos des médias et de la société mercantile qui les utilise pour nous abrutir.
Livre-objet certes, mais d'abord livre. Et livre de poète. Provocateur et fraternel. Plasticien autant qu'auteur. Après pas vu pas pris, ce second opus le journaze du soir est lui aussi une trouvaille - que dis-le : une réussite !

 

Roland Nadaus
publié dans la revue Ici é là, N°10/11, mars 2009.

rappel : livre disponible par commande à l'auteur : 5€ port compris.

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 09:38



Vous trouverez, dans cet ouvrage collectif qui vient de paraître, ma réécriture des 10 commandements : Les dix commandements revus, corrigés et extrapolés.

40 philosophes et écrivains ont participé à l'ouvrage, en vente dans toutes les bonnes librairies.














Vient de paraître

Pourquoi nous ne sommes pas chrétiens
Ouvrage collectif, sous la direction d'Alain JUGNON

 

Tenons donc aujourd'hui dans le même mépris et le dieu vain que des imposteurs ont prêché, et toutes les subtilités religieuses qui découlent de sa ridicule adoption ; ce n'est plus avec ce hochet qu'on peut amuser des hommes libres.
Sade, La Philosophie dans le boudoir.

 

Il y a une vie après le christianisme. Seulement cela. Une vie. Après le christianisme, les chrétiens, leur dieu et leur messie. Il y a une vie pour pouvoir se dire et se vivre, aujourd'hui sans le christianisme, malgré le christianisme, au-delà du christianisme : que l'on nous laisse un peu en paix non-chrétienne.
Alain Jugnon, avant-propos.


Avec des textes de :

Malek Abbou, Bernard Andrieu, Eric Arlix, Antonin Artaud, Bernard Aspe, Sylvain Auroux, Georges Bataille, Franco Berardi, Véronique Bergen, Julien Blaine, Benoît Casas, David Christoffel, Patrick Declerck, Michel Deguy, Denis Diderot, Philippe Di Folco, Camille Dumoulié, Maurice Godelier, Ludovic Hary, Alain Helissen, Alain Jugnon, Jean-Pierre Klein, Le Comte de Lautréamont, Jean-Clet Martin, Quentin Meillassoux, Luis de Miranda, Didier Moulinier, Joseph Mouton, Jean-Luc Nancy, Friedrich Nietzsche, Guillaume Paoli, Serge Quadruppani, Olivier Razac, Fernando Savater, Ian Soliane, Bernard Stiegler, Michel Surya, Laurent de Sutter, Bruno Tackels.

 

Editions Max Milo
Essais-documents

ISBN : 978-2-35341-051-4
Prix : 18,90 €
www.maxmilo.com

  Pour lire les 20 premières pages du livre, cliquer sur le lien ci-dessous.

  http://widget.yodawork.com/book/editis.swf?ean13=9782353410514&bookshop=max_milo&url=http://widget.yodawork.com/book

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Dernières parutions
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 16:56

Ah, battre le rappel des titres de gloire ? Je est des nôtres...mais vous , Dix ans plus tôt, AH, impavide chef de file d'une coHorte ou coHue d'impayables poétrous, glissait à petits coups vifs & répétés la lâme de son cutter à lettres entre les babillantes lèvres de la plaie psychosomatique que Rimb, fuyant sans trop y croire nos anciens parapets, nous infligea : de lâme pour lâme, à vif. De Rhap en rapp, d'une lâme un peu plus caressante, mais - de vous à moi - ce n'est peut-être qu'un sourire de (dé)connivence plus que de convenance (de déconvenue ?), il récitdive. Ah, un pas de plus aux (re)bords, diversement fréquentés, du vide...& encore un pas, & encore...&, chaqu'fois : à la ligne!...à la syllabe, à la lettre : ça fait - de Je à vous - beaucoup de petits vers, de p'tits vertiges, à négocier, de petits's tiges, à scier : vous est un nôtre ?...Ah, les pronoms personnels, quelle boîte à...de...-Coupez!

Jean-Pierre Bobillot
publié dans CCP, N°17 ; mars 2009

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 13:43

Voici la reproduction d'un petit article sur "le journaze du soir", ma dernière publication toujours enfermée dans sa boîte d'allumettes mais il ne tient qu'à vous de l'en sortir !
(voir modalités d'acquisition sur ce même blog, à la rubrique "dernières parutions")

Alain HELISSEN
Le journaze du soir
VOIX éditions; collection "feu".


Voici un « livre » bien extraordinaire : non seulement il est grand comme une boîte d'allumettes mais c'est une boîte d'allumettes ! Attention : une petite boîte d'allumettes ! 57 x 35 mm. À l'intérieur, un minilivre plié en accordéon contenant une vingtaine de pages toutes plus jubilatoires les unes que les autres. Alain Helissen, l'auteur, y égrène des nouvelles à l'humour saignant, conformément au titre : le journaze du soir. Bien des pages s'apparentent à des collages, avec images et textes dont le choc fait mouche : ainsi de cette reproduction de l'affiche au poing à la rose proclamant CHANGER LA VIE et, par-dessus, cette phrase malicieuse : « En vieillissant, les romancières craignent avant tout la ménoprose. » Mmes Angot et Millet feraient bien de méditer ça. Mais il y en a pour tout le monde, rassure-toi, petit Quentin de mes calembours préférés : Dans les banlieues nos Beurs sont en pleine déconfiture. » « Les Tchétchènes qu'on abat » Et des tas de faits divers, à l'image d'un journal radiophonique : Un adolescent de 16 ans a été froidement abattu par un policier à qui il proposait de jouer aux billes. » Ah, j'oubliais : la boîte d'allumettes est en carton recyclé...

Pol-Jean Mervillon
(alias Roland Nadaus)
- Supplément gratuit au Petit Quentin N°240 ; mars 2009. (Saint-Quentin-en-Yvelines)

 

 

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 12:02

Pour découvrir la collection  de livres boîtes d'allumettes, rendez-vous sur
http://www.voixeditions.com

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 12:56

Liste de romans (format-poche) proposés à la vente à des prix bradés.
(- 50%)

(Tous ces ouvrages sont dans un état "neuf")


Collection « littérature érotique », éd. Le Cercle

Les bons points de Mme Maes, Malo Molay : 6€
La lune couchée, Marie Boman : 6€
Onanisme, Olivier Denans : 6€
Les machines à sous, Daniel Schneider : 6€
L'inavouable, Elisabeth Hergott : 4,50 €
La seconde vie de Maximilien Bémol, Michel Koppera : 3€
Liberté sexuelle, Jasmine Dulac : 4,50 €
La confirmation, Gianni Segré : 4,50 €
Dawn, Julien Saguet : 3 €
Alma, cousue main, Vénus Khoury-Ghata : 3 €
Vénus en fourrures, Christian M. : 4 ,50 €

Collection Points-poche

Essences et parfums, une anthologie poétique, Anny Duperey : 3 €
Naissances, ouvrage collectif : 3 €
Le peintre des batailles, Arturo Pérez-Reverte : 3,50€
La Science du baiser, Patrick Besson : 3, 25 €
Raga, J.M.G. Le Clézio : 2, 75 €
Le marin de Dublin, Hugo Hamilton : 3, 50 €
La Sœur de Mozart, Rita Charbonnier : 3, 75 €
Le Cavalier de l'Olympe, François Rachline : 4 €
Femme en costume de bataille, Antonio Benitez-Rojo : 4 €


Observations :
Les frais de port sont à rajouter. Montant indiqué après commande. Me consulter.

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 17:18
Vient de paraître
dans la collection Vents Contraires dirigée par Alain Helissen chez VOIX éditions/Richard Meier :


Jean-Pierre BOBILLOT
Y A-T-IL UN POÈME DANS LE RECUEIL ?


L'Histoire a joué un sale tour au Récit. Tour de langu', tour de riens. La mort des Mythes laisse libre cours à l'Imitation de N.-S. le Code Civil, au Romancier-« histo-rien (histrion ?) du présent « , ou pire...J'dégaine, j'dégoise. Limitations, perte(s) de mémoire, l'escriptoire est mité. Dit vain, clavier miteux. Écran nei-geux. Mais le divin est vindicatif : du coup-car c'en est un !-, l'Occident n'est plus qu'un accident, le Récit qu'une fiction, Je un autre & le Narrateur, ce bouffon, sa boussole affolée, sa bouffole assolée, pas fol ! tire son Joker : à court de big bang, il s'efface sous les improbables mas-ques de la Narratrice...L'Âne à rats, s'trisse ?...Accrocs d'langu', lapsus fati, ce n'est pas une calamité ! Narrathon ? Marration ? Thermopile ou Samoface ? Ou 100000 volt(e)s-faces ? Que voulez-vous qu'ça m'fasse ? Qu'le Ça m'fasse ? Déglingu'blues ou bluette ? De Babil en Babelles, d'Mégalo Bill en Rime à Belles, en restera-t-on baba ? Qu'elle églogue ! L'Égo mégote, déglotte : lui renverra-t-elle la baballe ? J'rengaine...On en verra, en tout cas, d'belles-en attendant,
VOTRE TEMPS EST BREF
SOYEZ PRÉCIEUX !


Jean-Pierre Bobillot : poète bruYant, creveur de Matelas (de Mots !), non-métricien tendance pro-Dada, enfonceur de clous, chercheur de pouX, pousseur de bouchon(s), se définit volontiers comme formaliste lYrique.
Y a-t-il un poème dans le recueil ? est le deuxième ouvrage qu'il publie dans la collection Vents Contraires, après Tombeau d'Isidore Ducasse (encore disponible) .

 


ISBN 2-914640-82-X
EAN 9782914640824
80 pages ; format 14 x 21
Prix : 13 euros port inclus

Commande à : Alain Helissen 53 rue de l'Entente 57400 Sarrebourg
Règlement par chèque libellé à l'ordre d'Alain Helissen
Livraison sous 48h

Contact : alain.helissen@tele2.fr
http://alainhelissen.over-blog.com

 

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Collection Vents Contraires
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 17:38

Claire nuit

A Roberto Marsupial,
à ses congénères.

 

 

Ils ont dit maintenant vous pouvez tout éteindre bohémienne aux grands yeux noirs jeter l'éponge desséchée par le jour fermer les yeux et la mémoire vous reviendra ne regardez pas plus loin passer la caravane valsez
vous pouvez tout éteindre faire le vide arrêter la musique quelqu'un viendra que vous avez connu pleurnichant ses nocturnes vous dira sait-on vraiment la trame
l'enfant est si volage la nuit vous le savez en valse lente votre médaillon bouge à peine ô beauté des ténèbres embrassées sous les arbres.
Ils ont dit le noir vous va si bien vous va comme à ceux d'une race un peu sombre portez haut leur couleur le récit se nourrit de vous faites qu'on y voit plus
Claire vous pouvez rallumer la flamme qu'elle montre auprès de vous l'amant noir aux dents blanches chaque fois qu'il sourit c'est une image à redire c'est bien Jo qu'il s'appelle
Vous pouvez parler maintenant le jour va se lever présentez-vous dites combien de pages s'écouleraient ainsi à raconter l'histoire depuis la nuit du jazz
Voyez comme en peu d'espace il a dans votre glace sa beauté laissé voir et vous vous étonnez encore de l'eau de rose coulée dessous les ponts et dans l'eau de vaisselle
Une encre noire un jeu une façon pour vous d'entretenir votre journal intime d'en parler à quelque lecteur en mal d'identification qu'à cela ne tienne réservez-vous un deuxième tome de chapitres indiscrets
Vous pouvez tout livrer plonger jusqu'au plus noir et rouge de vos entrailles vos lieux seront connus vous habitez un paysage champêtre malgré vos apparitions scéniques dans des villes respirant tard les spectacles imaginaires
A Santa Fe les démons vous prenaient vers minuit les yeux des hommes vous consommaient sur place la salle s'agitait autant que votre corps sous des habits peu à peu abandonnés sous des lumières blafardes jouant le même jeu en y voyant plus
Claire peut-être avez-vous eu souvenir de vos origines nomades l'appel d'une roulotte passant dans votre tête l'appel de la tribu
Vous avez tout quitté et les saisons vous ont reprise éternelle bohème tourbillonnante parmi les feuilles à l'orée des villages belle pour votre Joe le bel homme à étreindre toujours jazzant auprès du feu
Ils ont dit vous devez tout éteindre rendre les lieux dans l'état chercher ailleurs une place où camper faire disparaître les causes du délit
Et vous êtes partie j'ai lu votre livre avec ce goût de cendre la nostalgie d'un pays connu
La nuit l'a refermé
L'insupportable noir
La mort bien avant l'heure


Alain Helissen
Publié dans « La narration vous change la vie », Comp'act éditions, 2005.
Tous droits réservés.

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Textes
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 11:16
Voilà, j'ai tout lu. Et relu. J'aime.
Et pourtant, je ne devrais pas me sentir très concerné. Je ne regarde
pas la télévision plus d'une fois ou deux par an. J'ai trop vu
travailler de "journalistes" (les guillemets me semblent de rigueur) à
son service.
J'aime d'abord beaucoup les scansions. Elles me font penser au rap.
J'aime la dénonciation tantôt à fleur de bitume tantôt plus souterraine,
mais toujours là, des aliénations médiatiques.(entre autres, p. 14, 15,
36, 53, 54...).
J'apprécie bien sûr les pointes de cocasserie produites tant par la
désarticulation des mots que par la dextérité de leurs télescopages (par
exemple, p. 60).
Mais je crois sentir qu'elles sont (p. 68) le vêtement déchiqueté d'un
clown prompt à l'auto-dé-rision, -valorisation et même -nigrement (soit
dit pour vous imiter pâlement...), à l'inspiration parfois même
morticole (p. 25, 59, 68, 69, 70).
Cependant vous êtes ingénieux (ah! ce début de la p. 68, le plein,
masque du vide !),
Et surtout, je crois percevoir des invitations pressantes, même si elles
sont grinçantes, à nous reprendre en main, à penser par nous-mêmes (p.
16, 17, 24, 27, etc.), c'est la face lumineuse de la dénonciation des
mauvais coups de la machine à crétiniser. Et vous rejoingez là un de mes
dadas!

Votre propos est ambitieux.
Ce que je vous dis de ma réception nous fait à tous les deux prendre le
risque que vous vous sentiez ici ou là (ou partout...) incompris par un
demeuré... Dites-vous que toute oeuvre d'art est aussi (surtout ?)
l'impression qu'elle produit chez celui qui la reçoit. Impression qui
n'est pas la même pour tout le monde, c'est aussi ce qui en fait
l'intérêt. Mon pote Octave Mirbeau, qui fut un fameux critique d'art,
l'expliquait très bien.

Je ne sais si tout ça est beau cadeau de Noël... Je vous souhaite en
tout cas un moment agréablement festif.

Max Coiffait
- courriel du 24/12/08 -

NDLR : Le rappel des titres
est encore disponible  auprès de l'auteur. (10 €)

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Actualités
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 14:15


 

 


Alain HELISSEN

Le journaze du soir

 

Un jeune homme de 22 ans a été renversé, piétiné, tué et enculé par un taureau dans les rues de Saint-Gelé-de-la-fesse (Hérault) lors d'un « enculo » (lâcher de taureaux) en circuit fermier. Mis en examen pour viol aggravé, le taureau a expliqué son geste maladroit par une trop longue abstinence sexuelle.

 


Rangé dans une boîte d'allumettes, ce mini-journal présente des extraits de Faits divers rigoureux, ouvrage encore inédit. À partir de faits divers réels, plus ou moins « déformés », cette "collection " de manchettes de journaux se propose de réagir contre un catastrophisme largement cultivé par les média.


Livre-boîte d'allumettes
Prix : 5 € (+ 0,80 € de port))

Commande à :
Alain Helissen 53 rue de l'Entente 57400 Sarrebourg
Règlement par chèque libellé à l'ordre d'Alain Helissen

Collection  fireboox
VOIX éditions

http://alainhelissen.over-blog.com
Tél. 03 87 03 26 49
alain.helissen@live.fr


Stéphane PRAT a chroniqué "Le journaze du soir" dans "Le Grognard" ; N°9 (juin 2009)



Il est assez étrange de trouver dans une boîte d’allumettes (une petite) ce qu’on serait en droit d’attendre d’un livre ou d’une exposition de collages étrillant le catastrophisme de nos actualités, sur fonds de coupures de journaux ou de natures mortes, à force détournements, humour noir et manchettes en forme d’aphorismes.

Lorsque Le journaze du soir d’Alain Helissen, livre accordéon lilliputien (3,3 cm x 9, 7cm), se déplie de sa boîte, (avec incrusté sur la première face, en relief, le concepteur de l’objet : Editions VOIX / Richard Meier), nos nouvelles quotidiennes, plus ou moins cathodiques, prennent d’abord des dimensions grotesques, tels des mouches à miel géantes et solitaires qui prendraient chacune une de nos cervelles pour y installer les rayons cabalistiques de leur ruche personnelle. Puis les choses ne font qu’empirer dans le rire, et regagnent leur dimension réelle, proche du rien.

Sur chaque face (de la surface de la boîte) : une maxime loufoque, un slogan abscons, la logique trash d’un drame miniature, nos ronrons salaces, nos pâtés guerriers régurgités en poésie. Voici une coupure de presse (version Helissen), pour donner le la sans bémol de son journaze : Un père de famille abat froidement sa femme, égorge ses 3 enfants, étrangle son chien et, au lieu de se suicider dans la foulée comme il se doit, monte dans sa voiture et part aux sports d’hiver avec le plus grand mépris du Qu’en dira-t-on.

On possède tous quelques livres qu’on aime à rouvrir de temps à autre pour se décrasser des poncifs de l’époque. J’ai désormais les boîtes d’allumettes d’Alain Helissen, surtout ce Journaze du soir que je trouve particulièrement roboratif en ces temps comiques.

Stéphane Prat

Le Grognard, N°9 ; juin 2009.

 

Alain HELISSEN

Le journaze du soir

 

Voici un « livre » bien extraordinaire : non seulement il est grand comme une boîte d’allumettes mais c’est une boîte d’allumettes ! Attention : une petite boîte d’allumettes ! 57 x 35 mm. À l’intérieur, un minilivre plié en accordéon contenant une vingtaine de pages toutes plus jubilatoires les unes que les autres. Alain Helissen, l’auteur, y égrène des nouvelles à l’humour saignant, conformément au titre : le journaze du soir. Bien des pages s’apparentent à des collages, avec images et textes dont le choc fait mouche : ainsi de cette reproduction de l’affiche au poing à la rose proclamant CHANGER LA VIE et, par-dessus, cette phrase malicieuse : « En vieillissant, les romancières craignent avant tout la ménoprose. » Mmes Angot et Millet feraient bien de méditer ça. Mais il y en a pour tout le monde, rassure-toi, petit Quentin de mes calembours préférés : Dans les banlieues nos Beurs sont en pleine déconfiture. » « Les Tchétchènes qu’on abat » Et des tas de faits divers, à l’image d’un journal radiophonique : Un adolescent de 16 ans a été froidement abattu par un policier à qui il proposait de jouer aux billes. » Ah, j’oubliais : la boîte d’allumettes est en carton recyclé…

 

Pol-Jean Mervillon

(alias Roland Nadaus)

- Supplément gratuit au Petit Quentin N°240 ; mars 2009.

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Dernières parutions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact