Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 11:30
 
Alain HELISSEN, La narration vous change la vie, Comp’Act.
 

Ce que j’écris est de la langue devenue fiction. La langue est une institution. Tous ses effets sont institutionnalisés. Si ce livre prend vie quand vous le lisez, il redevient substance morte quand vous le délaissez. Vous en êtes l’agent révélateur. Il s’agit bien ici d’une relation à trois entre le narrateur, la vie et le lecteur – actionnée indifféremment par une caméra multipliant les plans divers ou par un train impulsant une certaine cadence. Quelques titres éloquents portent témoignage en ce sens : Cadrages ; Des maillons du récit ; Clap ; Série B ; Le train du récit. La question fondamentale posée ici est : est-ce la vie qui ruine la fiction ou la fiction qui bouleverse la vie ? La fiction est-elle notre dernier recours ? Ou les récits mettent-ils essentiellement en scène leur propre élaboration ? De mots en mots la vie aura changé / Les mots ont fait silence et creusé sûrement le vide. L’écrivain et l’écriture servent de cadre et d’écran où les images aux contours acquis se profilent : la fiction est alors visible. Le problème qui demeure étant le suivant : comment mesurer l’écart entre celui qui écrit et ceux qui parlent à travers le récit ? Mais écrire n’est-il pas une autre façon de devancer la mort ? Le temps prenant de l’épaisseur se dédouble entre le temps de vivre et le temps d’écrire. Si la vie reprend le dessus ceux qui comptent pour vous vont faire taire votre langue.

_________________
Traversées N°44 ; octobre 2006.
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans L'oeuvre
commenter cet article
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 11:21
 
      Alain HELISSEN
La Narration vous change la vie
 
Editions Comp’Act
Fictions
Collection Morari
ISBN 2-87661-360-3
148 pages,15 x 21 cm
21 euros
IMG 8777


La narration vous change la vie
réunit un ensemble de récits qui mettent en scène leur propre processus d’élaboration. Comme si la fiction à l’œuvre n’avait de cesse de prévenir son lecteur : «Attention, une fiction peut en cacher une autre!» 
La narration ici tente de se dégager de multiples intrusions parasites mais la «machine à conter» déraille, emportant vers des destinations inconnues des wagons de mots indociles, des histoires qui n’en finissent plus de changer de voie, de vie.
Et qui réinventent le réel, comme une illusion salutaire.

Madame la Responsable de la fiction,
J’ai essayé d’imaginer des histoires susceptibles de constituer la matière première de films télévisés. Conscient du caractère inachevé de ces productions écrites, je vous les soumets pour réparation.
Je ne doute pas de votre faculté – c’est aussi votre responsabilité – à redonner à mes personnages une crédibilité que je n’ai, hélas, pas su leur donner moi-même. J’espère sincèrement que mes héros moribonds ressusciteront sous votre plume et, dans l’attente de les voir gambader sur les écrans, je vous prie d’accepter Madame la Responsable de la fiction, mes remerciements anticipés.
Le narrateur



Un exemplaire dédicacé de la narration vous change la vie peut-être commandé chez l’auteur, au prix avantageux de 20 euro, sans frais de port supplémentaires (chèque à l’ordre de l’auteur). Commande à : Alain Helissen, 53 rue de l’Entente 57400 Sarrebourg.

Obs. Il ne me reste qu'un exemplaire disponible de cet ouvrage. Me contacter au préalable pour réservation.

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans L'oeuvre
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 19:01
 
 
Née en décembre 1999, la collection de poésie Vents Contraires est dirigée par Alain Helissen, aux Editions VOIX, elles-mêmes dirigées par Richard Meier.
A raison de 4 à 6 titres par an, la collection Vents contraires se propose de privilégier des textes écrits pour la voix, c’est à dire qu’elle retient surtout des poètes dont le travail trouve un prolongement sur scène, à l’occasion de lectures/performances. Cela dit, Vents contraires ne s’inscrit pas dans quelque courant poétique particulier mais entend rassembler diverses tendances de la création poétique actuelle, avec même des orientations vers des écritures proches du théâtre ou du récit, en excluant toutefois le roman. Par-delà les clivages, Vents contraires a l’ambition de rapprocher la poésie d’un plus large public, en la donnant à entendre autant qu’à lire.
 
Pour que la poésie, la pestiférée, la pressée en purée d’mausolée, soit libérée de ses nausées, rasée de son acné, dépoussiérée,
 
Pour lui restituer de son mordant, des sons et des couleurs, un sourire enjôleur,
des clins d’oeil ravageurs, des biceps d’camionneurs,
des rythmes tapageurs, d’la bonne humeur,
 
Pour lui rendre les sens pas seulement giratoires,
 
Pour redonner à sa langue pendante l’impertinence et la fraîcheur des tirades hors-piste
dévalant toute issue
 
Pour qu’entre légèreté et gravité
le choix ne soit pas qui des deux retrousser
mais de porter la confusion - la vérité n’est jamais aussi nue
qu’en caleçon -
 
Pour que la poésie, la mal apprise,
la récitée comme le Nom du Père absent,
genoux serrés, si mal articulés,
sorte du bois de langue
et sur la place harlangue,
Pour décrotter son rutilant derrière
Une collection valait bien d’ouvrir ses trouées,
rompant avec la douce quiétude
d’un village mythique aux sorciers affranchis,
Pour que des Vents Contraires
secouent les pistes asséchées,
crèvent la chape de plomb qui pèse
sur un territoire comme mis en réserve
 
Une Collection s’annonce
avec livres à l’appui.
 
 
Vingt titres paru :
 
Les Poétrous, par Alain Helissen
Tombeau d’Isidore Ducasse, par Jean-Pierre Bobillot
Sous la lumière d’Assise, par Patrick Dubost
Pour plus de liberté encore, par Hubert Lucot
Illyriques, par Serge Ritman
L’envers du confort, par Lucien Suel
Polyèdre, par Jérôme Game
Le coefficient d’échec, par Véronique Vassiliou
Kiosque à paroles, par Michel Valprémy
Ecrans, par Charles Pennequin
Aucune frontière, par Joseph Bruchac, traduit de l’américain par Béatrice Machet.
Aa , par Claude Dehêtre
Pendant smara, par Jacques Sivan
Le Nombril d’Or, par Georges Hassoméris.
Rimbaud X9, par Jacques Demarcq.
Equatorze, par Jean-Luc Lavrille
Karaokétêtés par les pieds, par André Gache.
111 points de contrôle, par Bruno Fern
Vents Contraires, force 18, (anthologie regroupant les 18 auteurs ci-dessus)
(VOUS) dans la montagne, par Franck Doyen
Fragments du carnage, par Jérôme Bertin. 
  

*Sur simple demande, une présentation détaillée de chacun de ces ouvrages peut vous être envoyée
.
(voir aussi ouvrage par ouvrage dans la rubrique "Vents Contraires". 

 
Tous les ouvrages de la collection se présentent sous un format 13,5 x 21 cm, avoisinent les 100 pages et sont vendus au prix de 13 euros (*) 
(*) sauf Equatorze, vendu 20 euro. (200 pages)
 
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Collection Vents Contraires
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 18:54

Essentiellement poétique, mon travail tend à affranchir une langue qui, appartenant à « tous et à personne », subit dans son usage courant un appauvrissement prononcé. C’est pour lui redonner du rythme à cette langue, de l’invention, de la liberté et des effets sonores que j’en joue sur des registres divers, exploitant très librement ses lieux communs, les détournant à volonté.

L’un des thèmes de cette œuvre poétique serait l’impossibilité de restituer par l’écriture ce réel que je sens indicible. D’où une propension dans certains de mes écrits à outrepasser tout esprit de « sérieux », optant plutôt pour des constructions syntaxiques ludiques à l’humour parfois cynique (Cf. Les poétrous, Metz in Japan, La part des émotions,…).
 
Un autre thème présent dans mon travail, en rapport avec celui évoqué précédemment, c’est celui de la solitude de l’écrivain. Lié au sentiment que j’ai d’écrire dans l’indifférence quasi totale des autres, à une époque aussi où l’écrit se voit impitoyablement supplanté par l’audio-visuel.(Cf. Rhapsodie du Je (Rafaël de Surtis), Le rappel des titres (inédit), On joue tout seul (inédit)
 
Le thème encore de « la fiction », que l’on retrouve surtout dans mon ouvrage La narration vous change la vie (Comp’Act, 2005). Ou l’impossibilité de raconter une histoire, illustrée ici par une suite de récits dans lesquels les personnages se regimbent et décident de prendre eux-mêmes en charge le déroulement de l’histoire amorcée. Comment croire encore en une fiction qui se fait passer pour la réalité ? J’ai vis à vis du roman une méfiance prononcée.
Mais je crois que la fiction est partout, indépassable, incontournable. Je l’utilise de façon outrancière dans Faits divers rigoureux (à paraître), un ensemble qui reprend en les déformant le plus souvent d’authentiques fais divers collectés dans les journaux. Une manière de mélanger délibérément réalité et fiction, l’une n’existant pas sans l’autre.
 
Pour résumer, je considère mon travail littéraire comme la seule liberté qui m’est laissée de réinventer un monde dans lequel, sans cela, je me sentirais très mal.




A.H.
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans L'oeuvre
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:49
 
Le rappel des titres, c’est, sur les chaînes T.V. ou sur les stations radio diffusant des informations en continu, la répétition en boucle des titres d’actualité du jour. Mais ici, il est question surtout de la répétition forcenée d’un « vous » envahisseur, figure de l’autre autant que de soi-même, bouc émissaire coupable de tous les mots/ maux de la tribu. Vous – en gras dans le texte faites donc partie de ce livre. Vous voilà prévenu.
 
 
 
Editions Les Deux-Siciles
Collection « le décret acoustique » 
8, avenu Hoch 
77330 Ozoir-la-Ferrière
ISBN : 978-2-84991-0000012-00
80 pages ; format 15 x 21
Prix : 10 € (rajouter 1 € pour participation aux frais de port)
Commande à l'auteur.
 
Alain Helissen est né en 1954. Il dirige la collection de poésie Vents Contraires chez VOIX éditions et collabore, en tant que chroniqueur, à plusieurs revues. Il co-anime depuis mars 2007 le cycle de rencontres poétiques « Pontiffroy-Poésie » à la médiathèque de Metz-Pontiffroy. 

-extraits-

vous
suivez depuis long
temps un régime médiatique
qui vous a dé
lesté déjà de vingt ki
los bien pesés d'o
pinions personnelles

Vous
êtes prêts à entrer
en guerre contre tout ennemi
désigné au journal de vingt heures

Vous
vous faites donneur de le
çon bien apprise

Pour un peu

vous allumeriez la mèche !

(...)

Vous
clamez une obstruction
alors même que
la partie ne fait
que commencer

Vous tré
buchez dans vos phrases

Vous cher
chez en vain
la potion magique
qui vous gué
rirait de tous vos mots

( l'art y tisse ses toiles qui voudraient capturer le réel, l'encadrer pour la postérité, authentifié une fois pour toutes)

(...)


Article de Gilbert Desmée publié sur le site d'Encres Vagabondes : http://www.encres-vagabondes.com/magazine/helissen.htm

Voilà une écriture singulière qui fait résonner intensément la polysémie des mots et avive l'ensemble d'assertions d'humour. Une voix qui chante fort et qui se met en bouche de manière bien agréable. Dans le silence de la lecture, je me suis mis à penser à Gherassim Luca et à Jean-Pierre Verheggen ( mais même si A. Helissen a commis un recueil avec ce dernier : Metz in Japan, éd. VOIX, 2005), cela est bien du alain Helissen dans toute sa singularité.
Suivant le travail d'Alain Helissen depuis de nombreuses années, je reste très attaché à cette façon qu'il a de visiter notre vie sans avoir l'air d'y toucher, sans avoir l'oeil rivé au compteur (il s'en passe tellement), mais avec pertinence. En voici un petit extrait :

Vous
surfez sur l'écran

Internaute-toi de là
Que j'my net'
Et sans bavure !


Le monde est gru
yère offert
aux souris

Vous
vous
y infiltrez
vous
en explorez tous les dédales

Vous avez prise
sur toute la connaissance humaine

Vous êtes sur un dépôt planét
aire de savoirs et de techniques
(...)

On jouit des mots à la lecture, on se les met en bouche, on les fait sonner et leur musique rythmée par le découpage nous enchante. On a le sentiment d'être devant une gourmandise que l'on s'empresse de déguster avant de se la faire enlever. Cela va trop vite, alors on y retourne.

G.D. 20/02/08.

Article de Bruno Fern publié sur le site "Poézibao", avril 2008.

Intitulé Le rappel des titres, le dernier livre d'Alain Helissen se place donc d'emblée à la fois sous le signe de la reprise, du ressassement, et de l'écho, dans la voix singulière du poème, de l'universel reportage. Ici ces deux pôles se rejoignent dans ce que l'auteur désigne lui-même comme la répétition forcenée d'un « vous » envahisseur, figure de l'autre autant que de soi-même, bouc émissaire coupable de tous les mots / maux de la tribu *.
A travers une série de textes aux vers courts et à la coupe abrupte - qui provoque souvent des effets de surprise en déstabilisant la lecture - ce pronom personnel central renvoie alors autant à l'auteur qu'à son double, emportés tous deux par la langue de l'époque et cherchant avec énergie à lui résister :

Vous
convoquez votre prose dé
roulée comme un fil
barbelé

Cette résistance passe nécessairement par un travail de l'écriture qui, dans le cas présent, fait feu de tout bois, loin de toute sacralisation, en n'hésitant pas à recourir aux pirouettes les plus diverses :

Art hétéroclite
Irrespec
tueux de l'inventaire chronologique
des fastes picturant
par les siècles répertoriés
sur papier gla
cé pas moins de vingt tomes
de Savoie
et d'ailleurs

Au passage, on peut noter qu'A. Helissen fait souvent usage de la rime, forme mêlant évidemment répétition et décalage :

Vous
pensez courbe
épinglez fourbe
finissez tourbe

En alternance avec cette prose hachée, une suite de « dialogues » reprend autrement la recherche d'une identité, même si cette dernière peut, de façon apparemment paradoxale, correspondre davantage à un effacement qu'à une affirmation close sur elle-même :

- Parfois, on le surprend à mesurer la dimension cachée des choses, à penser le rien, à s'effacer en tant que sujet devant le néant du monde.
- C'est du cacaboudhisme primaire.
- Il dit qu'apprendre à méditer sur le rien, c'est apprendre à mourir.
- Je préfère apprendre à vivre en méditant sur le Tout.

Enfin, un sommaire sommaire vient rappeler des « titres » qui ont de grandes chances d'être passés inaperçus tant ils sont peu différenciés du corps des textes et, de ce fait, constitue une invitation lancée au lecteur pour qu'il revienne sur ses pas, lui aussi à la recherche d'

Une phrase
qui resterait sus
pendue bien a
près le spectacle
dans la mémoire
de tous

Bruno Fern

* : Ces reprises correspondraient à de multiples tentatives - forcément jamais achevées - de constituer un sujet par l'écriture : « Telle serait, en effet, la double origine du ressassement : impossibilité pour le sujet ou bien de s'approprier soi-même, à travers les objets qui l'obsèdent, ou bien de s'approprier l'autre, à travers le texte qui résiste. » (Bernard Vouilloux, Po&sie n° 93, octobre 2000).


Alain Helissen, Le rappel des titres, éditions Les Deux-Siciles (8, avenue Hoche 77330 Ozoir-la-Ferrière), 10 €.

article de Patrice Maltaverne, publié sur le site plexus-s et dans le Mensuel littéraire et poétique N°360 mai-juin 2008 (Bruxelles). Des extraits du livre sont visibles sur le même site plexus-s.

« LE RAPPEL DES TITRES », d'Alain HELISSEN, Editions Les deux Siciles, Daniel Martinez, 8 avenue Hoche 77330 OZOIR-LA-FERRIERE, 10 €

 

D'emblée, la forme choisie par Alain Hélissen pour l'écriture des poèmes du « Rappel des titres » éclaire le lecteur sur le fond du recueil.
Il convient toutefois de préciser que les illustrations d'Alain Buhot, qui répondent aux textes publiés, n'ont pu être reproduites ici, ce qui ne permet pas de rendre compte entièrement de la collaboration fructueuse qui s'est engagée entre les deux personnes.
Cependant, le constat précèdent reste valable : dans cette société du spectacle de plus en plus désincarnée, et qui hélas pourrait bien ressembler à la nôtre, il est crucial, pour mieux cerner et singer notre aliénation, de montrer que la forme devient plus importante que le fond, le tout et son contraire étant affirmés sans que quiconque ne s'en émeuve : « Vous / y allez de votre cou / plet d'ex / cité de la glotte / tranchez dans le gras des sentences / écartez le blanc du noir / le vrai du faux / le juge de l'assassin / Thérèse d'Avila / Milou de Tintin ! »
Alain Hélissen s'emploie donc à ce démontage en règle, dans un ton neutre mais efficace, à travers une succession de poèmes débutant toujours par Vous, dont les vers sont coupés très vite, et même souvent les mots, usés par des jeux qui dans ce contexte, n'amusent guère.
Une sensation d'émiettement de la pensée, par conséquent, s'en dégage, qui contribue à rendre les cancers de l'esprit moins graves, le fait que par exemple, la fiction douceâtre intéresse plus que la réalité sanglante, ou que l'au-revoir précède le bonjour.
Ainsi ces poèmes cruels semblent être adressés en priorité aux victimes consentantes de la société de consommation, notamment médiatique, par une sorte de démiurge déshabilleur, même si au delà de l'apparence, personne n'est dupe, car il s'agit là de la partie lucide de soi qui s'adresse à l'autre, la contrainte socialement et qui livre un bilan personnel peu positif : « Vous pointez seul l'inven / taire de vos pertes ».
Malgré tout, surviennent de temps à autre quelques possibilités d'échanges, qui constituent autant d'interludes, d'espaces détente.
Mais ces derniers, écrits en italique, brillent surtout par leur vacuité intérieure, car à aucun moment, en vérité, un dialogue n'existe. Ce qui est dit n'est que « Le rappel des titres », phrases presque journalistiques, dictons déformés, comptines juxtaposées, séquences prêtes à être digérées en raison de leur caractère péremptoire - « - Une vraie tête de somme / - J'aime mieux les philo-soft » - et qu'aucun être vivant ne contredira autrement qu'en les contredisant.
Ce no man's land sans passion - « Vous / a t-on dit / combien d'artistes / lavent encore aujourd'hui / leurs toiles avec / génie sans bouillir ? » - devrait nous amener à considérer notre monde avec moins de respect, ou du moins sous l'angle d'une prestation de services facturée par rubriques, dans laquelle la thèse coûte aussi cher que l'antithèse et vice-versa, et où la synthèse ne peut s'obtenir que toutes taxes comprises.
Loin d'en rester à une vision de la poésie sans prise sur le réel, la poésie d'Alain Hélissen excelle à tirer son supplément d'âme d'un monde sans âme, et ainsi à nourrir notre révolte permanente.

  Patrice MALTAVERNE



Pierre Lévis a lu le rappel des titres :

Ce livre m'a produit une forte impression. Je relève cet usage tout particulièrement singulier dans un poème du Vous. C'est le Vous qui traditionnellement interpelle, accuse, mais ne demande aucune explication, c'est le Vous qui ordinairement ne donne pas voix à la défense, c'est le Vous performatif qui fait advenir ce qu'il dit juste parce qu'il le dit.

 

 

Ce qui donne une efficacité redoutable à ce texte, c'est que ces mises en demeure, ces sommations sans cesse recommencés : le rappel des titres, sont utilisées ici précisément pour dénoncer le danger du matraquage médiatique, il y a une espèce d'effet d'entraînement entre le fond et la forme de nature incantatoire voire quasi hallucinatoire.

courriel du 21/04/2008 


article de Daniel Brochard publié en ligne sur http://ngc581.hautetfort.com
"Le rappel des titres", Alain Helissen

Dans ce recueil, Alain Helissen se lance à sa façon dans « Le rappel des titres » en martelant un « vous » comme une incantation. Helissen fait de nous les sujets et les spectateurs d'une alchimie traitée comme un collage. La force du recueil tient notamment par le travail effectué sur les mots, avec l'exigence du sens, du message sous-entendu, mais aussi dans la dénonciation de nos travers : la gestion de l'actualité met bien souvent en lumière nos obscurcissements, nos limites. « J'ai renvoyé toutes mes idées reçues à leurs expéditeurs » : le Je qui revient dans les textes en italiques contraste avec le Vous des autres poèmes et renvoie à l'identité même du poète en tant qu'auteur et personnage social. Ce visage est bien trop souvent invisible et passe inaperçu dans le flux des images et de l'information : « Et votre image là / en pleine lucarne / d'un geste sec / vous la zapper / comme un autre vous-même ». Le poète est bien témoin anonyme de tous ces silences et de ces manques, et à lui de crier : « Vous / cherchez à me faire / taire quand j'énonce / avec force mon indignation / mon état de révolte permanente ». Cette parole fragile s'oppose à la massive présence d'un discours officiel et conventionné qui la plupart du temps ne fait qu'effleurer le réel ; le poète lui se permet « quelques écarts de langage / avant / dis / s / o / l / u / t / i / o / n ». Le vous est accusé d'inventer « un monde contrefait / aux motifs caricatu / raux » quand le poète dénonce : « vous / suivez depuis long / temps un régime médiatique / qui vous a dé / lesté déjà de vingt ki / los bien pesés d'o / pinions personnelles ». Nombre des poèmes d'Alain Helissen sont de facture dadaïste comme ces vers encadrés : « PRIX TTC / LA PROMOTION DE LA / SEMAINE ». Mais il ne s'agit pas tant de casser que de marteler un message, de réaffirmer la présence de l'Art et de la poésie au sein de la parole. Et l'Art ne serait-il pas l'ersatz par lequel le créateur entend peser sur le monde ? « Les fleurs peintes ne sentent pas aussi bon que celles du jardin / (...)/ l'avantage c'est qu'il n'y a pas besoin d'les arroser », confie l'auteur. Si Alain Helissen évoque les travers de l'information - ceux de notre horizon imaginaire en fin de compte - il sait aussi les dissolutions de la parole et les doutes inhérents à celui qui écrit : « vous marchez nu / sur des débris de vers cassés ». Et lui de remarquer « vos retards de croissance / votre manque d'assurance / vos déboires de créance »... On pense encore à Dada dans ces vers : « N'en jetez plus / Tirez la chasse / (...) / gagnez du temps / écrivez FIN / et / dis / pa / rais / sez ». ou encore « Prolétaires de tous les pays / Connectez-vous ! » Alain Helissen s'avance avec beaucoup de lucidité dans l'univers médiatique mais aussi dans celui du quotidien et n'oublie pas aussi d'interpeller le poète, lui qui dispose d'une arme : celle du langage. « Le rappel des titres » dresse un tableau critique de notre rapport au monde. L'auteur s'adresse à nous par l'écran interposé du livre, décline une actualité différente remaniée dans le prisme du langage. Il nous ramène au rôle particulier de chacun ici-bas. Ce travail sur la langue et sur le sens donne envie de lire davantage de cette poésie vue et pensée par Alain Helissen.
D.Brochard

Alain Helissen, Le rappel des titres, éditions Les Deux-Siciles (8, avenue Hoche 77330 Ozoir-la-Ferrière), 10 €.


Extrait de Le rappel des titres de Alain Helissen :

VOUS
jetez
l'encre
nagez vaillant
jusqu'au quai
ce que c'est
d'écrire encore
quand le siècle infecté
se gratte de ses démangeaisons et que
connecté
VOUS
débouchez
sur les écrans qui vous guident au cœur de tous les
savoirs déposés
VOUS
communiquez
en ligne directe
avec
l'internéternel !

(Poème reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur)


article de Marcel Cordier, publié dans L'écho des Vosges, 30/05/05 .


Alain Helissen s'en prend à "radio égo", au journal de vingt heures, comme à la vulgarité ambiante, au siècle infecté, à "l'interneternel" et aux réseaux pensants, à l'apathie générale, au "poétop cinquante" et à la bouse du poète rural. D'où la révolte : " Prolétaires de tous pays / connectez-vous ! " N'en jetez plus / tirez la chasse". Et l'indignation du poète sarrebourgeois (né en 1954) est matérialisée par des mots et des "vers cassés". Les maux sont enrobés de jeux de mots et d'humour : signes/singes, trou de balle/annales, déneuroné et heideguerre lasse. Avec des proverbes revisités : "Qui jette la première pierre peut aussi jeter la seconde", "la vache allait par monts et par veaux". Sans oublier les Vosges dont il connaît les lacets comme ceux de ses chaussures de randonnée. En tout cas, Helissen établit un dialogue entre lui et "vous", lui et lui, lui et nous. "La poésie / c'est son fantôme / dévalant tard le soir / la page immaculée. 
M.Cordier


article de Jeanpyer Poëls, publié dans Diérèse N°41, juillet 2008.

(voir rubrique " le rappel des titres" lu par Jeanpyer Poëls")

Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Dernières parutions
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:42
 
–        première traversée (2000/2007)         – 
  
 
Qu’est-ce qu’une collection de poésie ?
Sept ans après la création de Vents Contraires il m’est peut-être plus facile de répondre, puisque les titres se sont progressivement accumulés pour constituer aujourd’hui un fonds riche de 16 ouvrages.
Une collection s’annonce avec livres à l’appui, écrivais-je à l’aube de l’an 2000. Ce sont ces livres, précisément, qui, se rajoutant les uns aux autres, contribuent à forger une espèce de bibliothèque singulière, une vitrine volontairement sélective – et par trop restrictive, j’en conviens – de la création poétique contemporaine.
En un mot une collection.
C’est à dire un espace de publication ouvert à certaines opérations poétiques d’aujourd’hui.
 
Vents Contraires ne cherche pas à créer ou défendre quelque courant poétique. Juste à retenir dans ses choix un rien subjectifs les chantiers littéraires qui lui paraissent les plus novateurs, les plus risqués, les plus « résistants » aussi aux armes de textruction massive (Cf. J.P. Bobillot) détenus par « la normalité » éditoriale et ses agents de sécurité.
 
Vents Contraires fait partie des lieux se raréfiant où souffle encore un vent de liberté de création, tantôt « affolant la boussole du sens », tantôt déclarant « l’échec de la poésie » ou « la poésie compromise », ou encore qu’ « il n’est de poésie qu’à s’en moquer. »
Turbulences, trafics, détournements, connivences, hybridations, systématisations, sonorités, déviations, fictions, mélanges, fragments, slogans, trouées, assemblages, listes…
 
Vents Contraires, une association de mal-faiseurs ?
Non, une collection de poésie.
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Collection Vents Contraires
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:06
 
Retraite à 60 ans, 65 ans, 67 ans… L’avenir recule. Réjouissons-nous, frères humains. L’appréhension que nous pouvions avoir d’une trop longue période d’inactivité est derrière nous ! À nous les grands boulevards d’une vieillesse débordante de travail. Enterrée la crainte de devoir se recycler pour un bail de 20 ans et plus. Le fantôme de la retraite s’éloigne durablement. Voilà de quoi se re-motiver professionnellement. Relancer des dossiers auxquels on ne croyait plus. Repartir de l’avant, plus jeune que jamais. Exit les petits bobos qu’on imputait hypocritement à son âge pas si avancé que ça. 60 ans, c’est à peine les trois quarts du chemin, statistiques à l’appui. Cap sur l’avenir ! Plus besoin de compter les jours. L’entreprise nous offre une hospitalité prolongée. Sautons sur l’occasion ! Retroussons nos manches et signons gaiement ce contrat de confiance qui souligne nos bons et loyaux services. Dix ans de plus, c’est une belle perspective, de quoi nourrir l’espoir de gravir quelques échelons supplémentaires, d’avoir en tout cas un revenu plus intéressant que celui d’une retraite fortement amputée. On l’a échappé belle ! Juste au moment où ça allait nous tomber dessus ! Le bonus inespéré ! On va pouvoir consommer de plus belle, reprendre un crédit pour une nouvelle voiture, réserver une semaine aux Baléares en juillet, changer de télé ! Au travail, frères humains qui après ça mourrez. Bénissons nos politiques. Embrassons femme et enfants. L’avenir renaît de ses cendres. Le pays respire. Nous allons remplir les caisses de la Sécu pour qu’à 80 ans, nos enfants bénéficient d’une retraite honorable. Trois actifs pour un inactif. D’ailleurs, les chômeurs, il suffit de leur couper les vivres pour qu’ils se remettent au travail. Assez attendu. Le développement durable de l’être humain passe par son activité salariale. Produisons sans relâche des richesses et n’écoutons pas ces bruits de couloir insinuant que certains parmi nous gagnent 10, 100, 300, 400…voire 800 fois plus que nous. Si cela était avéré, soyons sûrs qu’il s’agit de personnes hautement méritantes sans lesquelles notre emploi se verrait mis en péril. Éloignez, frères humains, vos mauvaises pensées. 68, noblesse du calendrier, chantait Léo Ferré. Chantons aujourd’hui 68, l’âge d’or du travailleur. Après, c’est que du bonus. Quelle plus belle fin de vie que de servir jusqu’à la limite de nos forces les intérêts supérieurs du pays ! De participer jusqu’au bout à sa grandeur ressuscitée. Au boulot citoyens ! Jusqu’à ce que mort s’en suive !
  
Alain Helissen
Publié dans Marianne n°559, 5/11 janvier 2008
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Articles
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 14:56
 
 Alain Helissen est né en 1954. Vit à Sarrebourg. A co-fondé la revue artistique et littéraire FAIX (1979/1982) avant de faire partie du comité de rédaction de la revue SAPRIPHAGE (disparu en 2000) A collaboré à une cinquantaine de revues et publié une vingtaine d’ouvrages. Il est aussi chroniqueur dans différents périodiques littéraires (Le Mensuel littéraire et poétique (Bruxelles, disparu en 2009), La Polygraphe (disparu), Pris de Peur (disparu), Cahiers CCP (Marseille), Diérèse, La Grappe, Traversées, Ici & Là, L'Intranquille ... et sur quelques sites littéraires (Poézibao, Libr'critique, Sitaudis, Plexus, Recours au poème...)
De début 2000 à 2010, il a dirigé la collection de poésie Vents Contraires aux Editions VOIX .
A
écrit des chansons pour le groupe Village Popol avec lequel il s’est produit sur scène à l’occasion de performances. Participe régulièrement à des expositions de Mail Art. Organise depuis 2012 des expositions de mail art à la Bibliothèque Pierre Messmer de Sarrebourg (57).
A réalisé, pour le magazine Ecrire & Editer, un dossier traitant de la création poétique française de 1970 à 2000 (N°44/45 ; juin-sep.2003).

A obtenu en 2003 une bourse d’encouragement du CNL.
A bénéficié, en 2008, d'une résidence d'écrivain au Château du Pont d'Oye (Belgique)
 
Publications
 
- Tangages, roulis et autres reflets,...Ed.de la Voix,1982, en collaboration avec le peintre Richard Meier.(épuisé)
- Hygiène, roman-journal, Ed.de la Victoire, 1982.
- Le Peintre-chasseur et son tableau de chasse (Portraits immobiles de l’artiste à travers les champs), Ed. des deux voix, 1983, en collaboration avec Richard Meier.(épuisé)
- La recette du pavé, collages, Tardigradéditions, 1998.
- Rhapsodie du JE, Rafael de Surtis Editions, 1998. (épuisé)
- La vie déraille, Editions 13/XIII, 1999. (épuisé)
- Je les ai vus, ils préparent une attaque, Editions 13/XIII, 1999. (épuisé)
- Pliez pour nous, tiré à part du N°35 de la revue Sapriphage, 1999. (épuisé)
- Point d’interrogation, en collaboration avec Serg Gicquel, livre d’artiste, Ed.CDPP, 1999.
- Les Poétrous, Voix Editions, Col.Vents Contraires, 2000.
- Rediffusion, Editions 13/XIII, 2001 (épuisé)
- Les aventuriers du roman perdu, Editions 13/XIII, 2002 (épuisé)
- Pour en finir avec le poétiquement correct, journal grand-format, exposé au CipM (Marseille) nov. 2002. Exemplaire unique.(HC)
-Metz in Japan, journal grand-format réalisé en duo avec Jean-Pierre Verheggen, exposé à l’Ecole des Beaux-Arts de Metz, juin 2003. Exemplaire unique.(HC)
  - Du lieu de l’origine, livre d’artiste réalisé par Martina Drinek ; Editions AZUL, décembre 2003.(épuisé)
- La Narration vous change la vie, éd. Comp’Act, septembre 2005.
- Metz in Japan, avec la collaboration de Jean-Pierre Verheggen ; VOIX éditions, novembre 2005.(épuisé)
- Bivouacs, illustré par Luis Da Rocha ; Ed. 13XIII, Col. Denkmal, décembre 2005. (épuisé)
- ABC d’R, Tarabuste éditeur, janvier 2006. (hors-commerce)
- La part des émotions, IDP/Les hors-série du 22, 2006. (épuisé)
- L’O de la vOie lactée, illustré par Luis Darocha ; éd. Denkmal, 2007. (épuisé)
- Le rappel des titres, éditions Les Deux Siciles, 2008
- Une phrase quelconque, éd. L'âne qui butine, 2008.(épuisé)
- Le "V" de la Voie Lactée, illustré par Luis Darocha, Ed. 13XIII, Col. Denkmal, été 2008.
volume 1 et volume 2 (épuisé)
- Pas vu, pas pris, livre d'artiste enfermé dans une boîte d'allumettes, tirage de 200 ex.VOIX éditions, septembre 2008.
- Emplâtres, livre d'artiste avec des collages de Claude Ballaré ; éd. Drosera, oct.2008.
- Le journaze du soir, livre d'artiste enfermé dans une boîte d'allumettes, tirage de 200 ex. VOIX éditions, décembre 2008.
- Bleu de terre, livre d'artiste réalisé à la main avec Maria Desmée. Présenté sous coffret, tirage limité à 12 exemplaires, tous originaux.2009.
- NIHIL-LISTE, 100 pas pour rien, livre-boîte d'allumettes, VOIX éditions, nov. 2009 
- De la figure du tout, livre d'artiste réalisé à la main avec Max Partezana. Tirage limité à 7 exemplaires uniques, numérotés et signés, dont 2 hors-commerce. février 2010.
(épuisé)
- On joue tout seul ; éditions Corps Puce, mars 2010
- Le manuscrit de la mère morte, livre d'artiste réalisé par eOle. Tirage limité à 30 ex. numérotés et signés.
- Passages, livre d'artiste réalisé à la main avec Max Partezana. Tirage limité à 12 exemplaires uniques, numérotés de 1 à 12 et signés. Les exemplaires
N°2 et N°4 ne sont plus disponibles.
- Metz in Japan, digest, condensé du livre publié en 2005. Livre boîte-d'allumettes. Voix éditions, novembre 2010.
- Acanthes, livre d'artiste avec des collages de Claude Ballaré. Tirage limité à 60 exemplaires. Editions DROSERA, décembre 2010. (épuisé)
- La dictée ficelée, tirage à part (12 ex) de "la dictée-poésie sans faute", ouvrage collectif, éd. Ficelle, janv.2011
- La Grande Muraille de Rimes ; livre-boîte d'allumettes; Voix éditions, déc. 
 2011.
- Sur le bout de la langue, livre d'artiste réalisé à la main. Tirage limité à 4 exemplaires, chacun de forme différente (numérotés et signés); mars et juin 2012. (épuisé)
- Motsaïque, ensemble de 8 livres d'artiste, tous originaux, en collaboration avec Ghislaine Lejard (collages papiers); décembre 2012 et janvier 2013.(épuisé)
- Jamais, ensemble de 6 livres d'artiste (livres pauvres), tous originaux, en collaboration avec Aaron Clarke (pliages papiers peints) ; mai 2013.
- Homo & Rictus, série de 6 livres d'artiste différents réalisés à partir de dessins à l'encre d'Eric Demelis, fév. 2013.
- Le cadavre est exquis ; livre-boîte d'allumettes ; Voix éditions, juillet 2013.
- Et creusant de ma face une fosse à mon rêve, série de 6 livres pauvres réalisés avec Jean-Michel Marchetti (encres); septembre 2013.
- Trois pattes et un canard (des mots); série de 7 livres d'artiste différents réalisés à partir de dessins de Bernadette Février ; 2013.
- IN MEMORIAM, série de 6 livres d'artiste réalisés à la main, numérotés et signés.(novembre 2013)
- Ce que tu, livre unique réalisé par Alain Helissen, comportant 7 collages-papier et peints; décembre 2013 (épuisé). Une seconde version a été réalisée en février 2014.
- D'effets divers, livre unique réalisé à partir d'extraits du "journaze du soir", avec des collages papier prélevés dans des journaux; décembre 2013.
- Des lettres de la voie lactée; Atelier de Groutel.Tirage limité à 66 exemplaires.Impression en typographie, avec un encart sous forme de
dépliant en papier calque.(début novembre 2013).
- Errata humanum est, livre unique, dépliant 4 volets, janvier 2014.
- Que naît-on pas poète !, livre unique, dépliant 3 volet; janvier 2014.
- Arrêts sur images, livre d'artiste avec des photographies de Françoise Bonnel. Tirage de 4 exemplaires numérotés et signés ; février 2014.(épuisé)
- Derrière les volets, livre d'artiste ; deux exemplaires différents;leporello 8 faces, collages et textes; janvier 2014.
- Le rideau, livre unique; pochette carton avec volet coulissant; février 2014.

(épuisé) 

- L'expérience, livre unique reprenant le texte publié dans l'ouvrage collectif "expériences" (éd.Drosera, février 2014).
- Dialogues, livre unique comportant 7 peintures originales de l'auteur (acrylique) et reprenant en partie le texte "narrequenarre" publié dans l'ouvrage "La narration vous change la vie" (Comp'act, 2005) ; mars 2014. (épuisé)
- Faisons connaissance", livre unique comportant 7 peintures originales de l'auteur (acrylique) ; mars 2014.(épuisé)

- Des mots qui partent, livre unique comportant 4 peintures originales de l'auteur (acrylique) ; mars 2014. (épuisé)

- Anarchist cookbook, livre unique comportant 11 photographies originales de Carole Helissen; mars 2014.
- Des mots !, livre unique comportant 7 peintures originales de l'auteur (acrylique); mars 2014. (épuisé)
- Cercles, livre unique, avec des collages papiers de l'auteur ; avril 2014.(épuisé)
- Quadrillages, livre unique comportant 5 peintures originales de l'auteur (acrylique) ; mai 2014. (épuisé)
- Figures, livre unique comportant 6 peintures originales de l'auteur (acrylique) ; mai 2014.(épuisé)
- BEST HIER, livre unique comportant 5 peintures originales de l'auteur (acrylique) ; mai 2014. (épuisé)
- Traversées, livre unique  comportant 5 collages originaux de l'auteur; mai 2014.(épuisé)
- Carré Verlaine, série de 6 livres uniques, avec des collages peints de Max Partezana, en hommage à Verlaine ; mai 2014.
- Colonnes, série de 6 livres uniques, avec des peintures de Myriam Librach ; juillet 2014.
- Courbes, série de 4 livres uniques, avec des photographies de Françoise Bonnel ; septembre 2014.(épuisé)
- Lisières, livre unique, avec 6 peintures originales (acrylique) ; octobre 2014.
- L'informe, livre unique comportant 6 peintures originales de l'auteur, novembre 2014.(épuisé)
- Proies, livre unique comportant 4 collages-papier et 1 dessin de l'auteur, novembre 2014.(épuisé)
- Dessine-moi un tonmou, avec des aquarelles et dessins de Geneviève Guiguet, novembre 2014.(épuisé)
- Ra-corps-dements, livre d'artiste, avec Geneviève Guiguet, novembre 2014.(épuisé)
- Léon dit, livre unique, avec des collages-papier à partir de chutes de tirage du numéro 9-10 de la revue FAIX, novembre 2014.(épuisé)
- L'accident, livre unique avec 4 peintures originales (acrylique) ; décembre 2014.(épuisé)
- Mixages, livre unique, avec 4 peintures originales (acrylique) ; décembre 2014.
- Bas-Art, livre unique, avec 4 collages-papier ; janvier 2015.(épuisé)
- L'enfance de l'art, livre unique, avec 5 peintures originales (acrylique) ; janvier 2015. (épuisé)
- CROISEMENTS, série de 6 livres originaux réalisés avec 6 dessins de Stéphane Dussel ; février 2015.
- éléments, série de 4 livres avec chacun 7 photos de Françoise Bonnel; février 2015.
- l'ART est pARTout, livre unique; février 2015. (épuisé)
- Partition, livre unique ; mars 2015.(épuisé)
- captures d'écrans, livre unique ; mars 2015.
- Dissonances, série de 2 livres avec 3 et 4 dessins de Danielle Busquet; mai 2015.
- Les chapeaux pointus, livre unique, avec 9 collages d'Alain Helissen; mai 2015.(épuisé)
Lichens, livre d'artiste avec Geneviève Guiguet, juin 2015 (2 exemplaires).
- Vaguement, livre d'artiste avec Geneviève Guiguet, septembre 2015 (4 exemplaires)
- De la figure du tout, série de 7 livres d'artiste grand format, avec des peintures d'Alexandra Fontaine; octobre 2015. Insérés dans une pochette en cuir.
- Pièces jointes, Trouées et Bleu, 3 livres d'artiste (x2)  avec des peintures de Geneviève Guiguet; octobre 2015.
- Pensées, livre-boîte contenant 12 cartes, réalisé à la main en octobre-novembre 2015. Première édition de 10 exemplaires (épuisée). Seconde édition réalisée en janvier 2016, numérotée de 11/20 à 20/20.
- Carnet de BONS, livre-boîte contenant 16 cartes-BONS, réalisé en décembre 2015. Première édition limitée à 10 exemplaires.
- HERBES, série de 6 livres pauvres, avec des monotypes de Véronique Arnault; janvier 2016.
 
OUVRAGES COLLECTIFS
 
- Le secondarisme, collection Faix, 1979, avec Luis Darocha, Richard Meier et Hubert Saint-Eve.
- Claude Pélieu/Fusions, Voix editions, 2001
- Contre les barbelés (du coeur et de la pensée), Tardigradeditions, 2002
- METZ in JAPAN, journal, en collaboration avec Jean-Pierre Verheggen, exposé à l’Ecole des Beaux-Arts de Metz, juin 2003, dans le cadre de L’été du Livre (Metz).
- CEPS, ouvrage réunissant les textes des auteurs participants du festival  Poésie dans les chais, septembre 2007 . Texte inséré :"Transes frontalières", en duo avec Vincent Wahl. Nuit Myrtide éditions, octobre 2008.
- Pourquoi nous ne sommes pas chrétiens, sous la direction d'Alain Jugnon, Ed. Max Milo, mars 2009.
- Je me sens écrire, à l'initiative de Christine Van Acker, Ed. Les Grands Lunaires, fév. 2010
- Pour Haïti, vendu en soutien aux sinistrés du séisme en Haïti, éd. Desnel, mars 2010.
- Haïti Haïcris (pour mémoire du séisme de Port-au-Prince), éd.Corps Puce, décembre 2010.
- Les poètes en Val d'hiver (poètes et photographes bien éveillés pendant l'hiver) ; éd.Corps Puce, avril 2011.
- Cairns, N°9 ; octobre 2011.(auteurs des éditions Corps Puce)
- Cairns, N°10 ; janvier 2012. Thème :"d'enfances"; "c'est jamais loin l'enfance".
- Poème arboré, in " Poésie sous le tilleul", micro-livre collectif à partir de l'installation à Moreaucourt des "poèmes-parasol" de Maria Desmée (mai 2010); éd. Corps puce, collection "en toute franchise" (N°2).Mai 2012.
- La montée, texte en duo avec Christine Van Acker, in "Métissage", ouvrage collectif ; éd. L'arbre à Paroles, avril 2012.
- Cairns, N°11; septembre 2012; "Vite ville"sur le thème "vivants dans la ville et paysages urbain".
- Bords de mondes, (poème "ramifications") sur des photographies de Martine Cornil (29 poètes participants); éd. Maelström ; octobre 2012.
- Adoption des îles grecques par les poètes, ouvrage collectif coordonné par Constantin Kaïteris; éd. Corps Puce; mai 2013.
- Cairns, N°13; octobre 2013; thème : "Les âges de l'homme"; extrait de "On joue tout seul".
- Expériences, ouvrage regroupant les textes de Sylvie Brès, Michel Calonne, Françoise Coulmin et Alain Helissen, sur 6 collages originaux de Claude Ballaré.
Editions Drosera, février 2014.Tirage limité.
-Pour PHILIPPE SOUPAULT, sous la direction de J.M. Couvé; cahier hors-série de la revue "A l'index"; novembre 2015.
- L'insurrection poétique -l'engagement dans le monde d'aujourd'hui des chasseurs-cueilleurs de poèmes- ; éd. Corps Puce ; mars 2015.
- Charlibre : le poème du jour d'après ("Ne nous laissons pas abattre"), anthologie poétique ; éd. Corps Puce ; mars 2015.
- Voyage autour du monde (en 80 poèmes ?); éd. Corps Puce, mars 2016.

 
ANTHOLOGIES
 
- Anthologie de la poésie contemporaine, Barré-Dayez, 1979.
- Lorraine, tes poètes, Ed.Serpenoise, Metz 1983.
- Anthologie Interventions à haute voix 1977-1995, IHV 1996.
- Mille poètes mille poèmes brefs, Anthologie de Michel-François Lavaur, L’Arbre à paroles, 1997.
- Panorama de la poésie en Lorraine, Ed.Serpenoise, 1999.
- Vents Contraires, force 18 ; anthologie de la collection « Vents Contraires », VOIX éditions, 2007. (présentée et établie par Alain Helissen)
 - Visages de poésie, anthologie, Tome 4, Jacques Basse; éd.Rafaël de Surtis, déc.2010.
 
PUBLICATIONS EN REVUE
 
Deux poèmes, Action Poétique N°62, 1975.
Ceci comme prise de position (sur la question du pouvoir), Dérive N°5/6, 1977.
Hygiène (extraits), Action Poétique N°70, 1977.
Textepeine, Textuerre N°7/8,1977.
Sur Blanchot (texte collectif), Textuerre N°9, 1978.
Carrelage, Textetract, Textuerre N°12, 1978.
Parcours, Le Journal du Bout des Bordes N°4, 1978.
Murs, Textuerre N°13/14, 1978.
La Narration vous change la vie, série B, Erres N°6/7, 1979.
D’accompagnement, Textuerre N°15/16, 1979.
La Narration vous change la vie, Faix N°1, 1979.
Le Nouveau Discours de la méthode, Faix N°2, 1979.
La Narration vous change la vie, série B’, Change N°38, 1979.
Deux poèmes, Cahiers Vosgiens N°46, 1979.
Maigres oiseaux et fanfreluches (poèmes), Terre Lorraine N°14, 1980.
Acanthes (extraits), Cahiers Vosgiens N°49, 1980.
La Narration vous change la vie (dimanche après-midi pluvieux) suivi de 4 poses 2 francs, Cahiers de textes N°¾, 1980.
A Dominique (poème), Terre Lorraine N°17, 1980.
Narrequenarre, Tartalacrème N°11, 1980.
Correspondances, Interventions à haute voix N°4, 1980.
Dédicace, L’Ortie N°1, 1980.
Huit heures moins dix pour Yuma, via Faix, Faix N°¾, 1980.
Rock de la Saint-Sylvestre , Tartalacrème N°14, 1981.
Dossier Guyotat « Le corps interdit », Textuerre N°28/29, 1981.
Dans la maison commune, Faix N°5, 1981.
Dans la série « Les Grandes Familles » : la Famille FAIX, I.H.V. N°5, 1981.
Côté jardin la femme…, Le Sécateur N°1, 1981.
Vivre au pays, Faix N°6/7, 1981.
Lilly’s blues, Tartalacrème N°20, 1982.
Intervention, Le Sécateur N°2, 1982.
Rhapsodie du je (éléments), Le Sécateur N°¾, 1982.
Réponse un peu tardive à l’appel du 18 juin, Tartalacrème N°27, 1983.
Hygiène (extraits), Textuerre 37/38, 1983.
Sur chaque visage commence une histoire différente, I.H.V. N°8, 1983.
Impacts (poème), Le Sécateur N°5/6/7, 1983.
Portraits immobiles de l’artiste à travers les champs, ou le peintre-chasseur et son tableau de chasse (1962-1978), Ici et là N°2/3, 1983.
La tentation de l’hiver, Luvah N°3, 1983.
Claire nuit, Luvah N°2, 1983.
La narration vous change la vie, questionnaire-enquête organisé dans le cadre du N°9/10 de la revue FAIX, 1983.
Les héros du jour (sur A.Frontier et M.H.Dhénin,) Tartalacrème N°34, 1984.
Rue Saint-Georges, Mensuel 25, N°80/81, 1984.
Ce texte, Arpo 12 N°6, 1985.
Dessin d’un monument à la gloire de la modernité, Cahier de leçons de choses N°8, 1985.
La traversée, Luvah N°8, 1985.
La Narration commence (prologue), I.H.V. N°14, 1986.
Les mésaventures de Gull l’hiver, Luvah N°11, 1986.
Hôpital silence on tourne, Luvah N°13, 1987.
Simultatextes, I.H.V. N°15, 1987.
Lettre du bout de l’an, I.H.V. N°16, 1988.
Vingt dieux la Marie ou Vingt mille dieux sous les mères, Albatroz N°4, 1988.
Poème sans titre, Prométhée N°80/81, 1988.
D’un instant l’autre, Tout est suspect N°¾, 1988.
L’esprit du texte, Textuerre N°64, 1989.
Fragments de vie intérieure, Sapriphage N°5/6, 1990.
Vie d’un livre (Nancy après le jour), Sapriphage N°8, 1990.
Rediffusion, Luvah N°18, 1990.
A ceci près, I.H.V. N°20, 1991.
Photos d’identité, Cargo N°4, 1991.
Sur chaque visage commence une histoire différente, Sapriphage N°11, 1991.
Banlieue, mais c’est bien sûr ! I.H.V. N°22, 1993.
Matière de mort, Le Mensuel littéraire et poétique N°214, Bruxelles 1993.
Poème sans titre, Sapriphage N°18, 1993.
Voix, Sapriphage N°19, 1993.
Wallon voir de quoi il en retourne ou le Branle-bas de langue, f®iction sur J.P. Verheggen, Maison Atrides et Cie N°33/187 bis, 1993.
Le dossier Verheggen, organisation du numéro spécial de Sapriphage consacré à J.P. Verheggen, Sapriphage N°21, 1994.
La valse à mille trous, poème pour C.Prigent, Sapriphage N°21, 1994.
Ultime tentative de description du personnage ( à J.P. Verheggen), Le Mensuel littéraire et poétique N°223, Bruxelles 1994 et livret accompagnant la nouvelle création théâtrale d’Artaud Rimbur au Théâtre-Poème de Bruxelles, oct. 1994.
Acanthes (extraits), Rimbaud-Revue N°4, 1995.
Réponse un peu tardive à l’appel du 18 juin, Albatroz N°12, 1995.
Narrequenarre, Action Poétique N°140, 1995.
Le bout du jour, Estuaires N°28, 1996.
Un aphorisme, Le Tamanoir N°3, 1996.
Re-création/2, Ecrits vains N°19, 1996.
La Chance honnête, Electre, 1997.
Corbeaux and Co, envolées d’hiver, Le Mensuel littéraire et poétique N°248, 1997.
Bleu de terre, Pris de peur N°3, 1997.
Bleu de terre (extraits), Ombres et Lumières N°1, 1997.
MégalARTmanies, avec la collaboration d’Alain Buhot, Sapriphage N°30, 1997.
pEAUème à l’EAU, chutes, Simili-Type N&B N°1, 1997.
La livraison, Quimper est poésie N°21, 1997.
La solitude de l’écrivain de fond, Sapriphage N°31, 1997.
Des mots qui partent, I.H.V. N°27, 1997.
La lettre à Antoine P., Ouste ! N°1, 1997.
Prononciation des vœux, Ouste N°2, 1998.
Des lettres en retard, Boxon N°2, avril 1998.
Rap de l’opéré du bas du dos, Le Cri d’Os N°21/22, 1998.
Les aventuriers du roman perdu, La Lettre Horlieu-(x) N°10, 1998.
Paris vaut bien une bière ! Ouste ! N°4, 1998.
NO MADE, Simili-Type N & B N°2, 1998.
Mots ouverts à Werner, Sapriphage N°34, 1998.
Les trous noirs …, Ouste N°5, 1999.
Version originale, Compresse N°16, 1999.
Clap ! suivi de Stations non visibles de la route et La Vie déraille, La Grappe N°44, 1999
Pliez pour nous, Sapriphage N°35, 1999
La normalitrou, Boxon N°4, 1999.
En attendant, Le cri d’Os N°25/26, 1999.
Les Poétrous (extraits), Variations N°2, 1999.
Billets doux, Compresse N°XXL, 1999.
On joue tout seul, Prétexte/ultimatum, 1999.
Bazardages –scènes-, Quimper est poésie, 1999.
La vie déraille, Luvah N°28, 2000..
Billets doux, Le Cri d’Os, 2000.
Géo met Trie dans l’espace, Compresse N° °, 2000.
Déplacements (extraits), Le Corridor bleu N°10, 2000.
Sketch up !, in Fusions/Claude Pélieu, Voix editions, 2001.
Déplacements, extraits, Ouste ! N°11, 2002.
Pays, Cahiers de l’Archipel N°45, 2002.
Nourri logé blanchi, CompresseN°7 et 7, 2002.
On joue tout seul (extraits), + Mérites d’un dossier discuté, Décharge N°115, 2002.
Responsable du dossier Poésie d’aujourd’hui (1970/2000), Magazine Ecrire & Editer N°44/45 ; juin/sep. 2003.
On joue tout seul (extraits), Marge 707, janvier 2004.
Point.Doc, Je sais j’étais je viens, Que naît-on pas poète !, On peut, La Grappe N°59, janvier 2004.
Glands rissolés aux langues-rustines, Simili-type N°4, janvier 2004.
La fabrique, Poésie/première N°28, mars 2004 .
Le train du récit, Diérèse N°25, avril 2004.
On peut…, Ouste ! N°13, juin 2004.
Le vers de trop, Interventions à haute voix N°33, juin 2004.
Claire nuit, La Polygraphe N°33/35, octobre 2004.
La Narration vous change la vie –Billet retour- , Faire Part nouvelle série « Ce que CHANGE a fait », mars 2005.
Le rappel des titres (extraits), Diérèse N°29, avril 2005.
Du poète transfrontalier, Passage d’encres N°23, juin 2005.
Errata humanum est, Le corps du texte N°3, octobre 2005.
Le rappel des titres (extraits), 22(montée) des poètes N°45, octobre 2005.
Correspondances Gary Cooper/Gertrude Stein (extraits), La polygraphe N°36.38, octobre 2005.
Une fois par semaine, Décharge N°128, décembre 2005.
Metz in Japan (extraits), La Grappe N°65, janvier 2006.
Le vieux du roman, Passage d’encres N°24, janvier 2006.
ABC d’R (extraits), DiérèseN°32, avril 2006.
F. demande H., 22 (montée) des poètes, mai 2006.
Dame de trèfle, Le corps du texte N°4, mai 2006.
De l’appropriation d’un territoire (lettre posthume à D.P. Négelé), Passage d’encres, N° en ligne, juin 2006.
Hubert Lucot dans le texte, faire- part 18/19 ; juin 2006 .
D’un amas rapporté paysage en vers (d’après un tableau de Hubert Saint-Eve), Pyro N°7 ; juin 2006.
ABC d’R (extraits), Chroniques errantes N°27, juin 2006.
Hygiène (extraits/ 30/11/77 à 10/12/77), Diérèse N°34, octobre 2006.
Une journée bien sentie de la vie ordinaire de Maurice, Simili-type N°5, octobre 2006. (publication sur CD-rom)
Correspondances Gertrude Stein – Gary Cooper (extraits), Action Poétique N°186, décembre 2006.
Mon dernier lecteur est mort ce matin, La Presse littéraire N°9 ; avril 2007.
On joue tout seul (extraits), La Grappe 69, juin 2007.
C’est qui Caroline ? Passage d’encres , juin 2007.
Mon dernier lecteur est mort ce matin, suivi du « fils de mon dernier lecteur », Europe N°940/941, septembre 2007.
La lumière, La Presse littéraire N°11, octobre 2007.
Au fil de l’O, extraits, Inédit N°216, novembre 2007.
Les images de l’intime, La Presse littéraire, décembre 2007.
Pour un développement durable de l’être humain, Marianne 5-11 janvier 2008, courrier des lecteurs. 
Only Two, Décharge N°137, mars 2008.
Jarry pas parti, Diérèse N°40, avril 2008.
On joue tout seul, extraits, Saltimbanques!, N°14, avril 2008.
ABC d'R (extraits), Inédit N°223, juin 2008.
Sandro Penna, un poète en eaux claires, Diérèse N°41, juillet 2008.
Le rappel des titres, extraits, avec les illustrations originales d'Alain Buhot. Traction-Brabant N°26, septembre 2008.
Le rappel des titres, extraits, Graine de sable (rev; ue en ligne), décembre 2008.
Pirotte dans le paysage, Diérèse N°44, avril 2009.
On joue tout seul (extraits), N4728 N°16, juin 2009.
Spam toujours tu m'intéresses, Comme en poésie, N°39; septembre 2009.
Poème à fermeture digitale, Comme en poésie, N°39, septembre 2009.
Prélèvements, Action Poétique , N°199, mars 2010.
Chronique du Pont d'Oye, extraits, Passage d'encres N°38/39, mars 2010
Chronique du Pont d'Oye, version intégrale publiée en feuilleton, Diérèse
N°48/49, mai 2010, Diérèse N°50, août 2010, Diérèse N°51, nov.2010.Diérèse N°54, novembre 2011
La Voie Lactée bat de l'L, Propos de campagne, N°18 ; septembre 2010.
La guerre dans tous ses états, Le Grognard N°15, septembre 2010. 
Canal Jonction, avec Christine Van Acker, A l'index, N°19, déc.2010.
Une date mémorable (le 32 décembre), Pages Insulaires, N°17, février 2011.
l'O de la vOie lactée (extraits), Graine de sable N°9 , mai 2011, Belgique.
On joue tout seul, extraits, Traversées N°62, juin 2011.
Alain Helissen ou L'allumette du poème contre la goulangue, entretien avec Serge Martin, revue Le français aujourd'hui, N°173, juin 2011 (éd.Armand Colin)
De la figure du tout, 7 fragments (texte de 7 livres d'artiste avec des collages de Max Partezana); revue Diptyque, N°2; juin 2011.
C'est qui Caroline ?, extraits de "hygiène" et "Ponts et sauciers", écrit en duo avec Christine Van Acker, revue "La Grappe", N°80; octobre 2011.
VOIX de sortie, revue l'intranquille, N°1 ; Atelier de l'Agneau, octobre 2011
Collage/Décollage, Pas vu, pas pris, On joue tout seul (extrait), CAIRNS N°9, octobre 2011.
Transes frontalières,avec Vincent Wahl; Boxon N°27 ; décembre 2011.
Dernier message du corps expéditionnaire, Infractus N°0, janvier 2012.
TVA (travail plastique à partir des lettres TVA), Art-matin N°3, février 2012.
Premières pages, travail à partir de la première page du livre "Lieu-dit" de Raymond Bozier, Art-matin N°4, mars 2012
Les déchets poétiques, Pages Insulaires, N°23, février 2012.
Je nage comme un poisson panné, L'assaut, N°1, avril 2012.
AphEaurismes, sur le thème "Les  Art-matin N°5, juillet 2012.
Vite ville, Cairns N°11 ; septembre 2012.(repris sur site "biloba", voir publications en ligne)
Les sauts de la grenouille, Art & Anarchie N°3 ; octobre 2012.
A nos masques manqués, Revue Alsacienne de Littérature, N°118;décembre 2012.
Strates, Mange Monde N°3; 2ième semestre 2012.
Ici n'est pas qu'un monde, Point barre N°13, mars 2013. (édité à l'île Maurice)
Abrérations, L'intranquille N°4, juin 2013.
Et parfois paradant de concert avec les oiseaux (extraits de "On joue tout seul"); Microbe N°79 ; septembre 2013 (Belgique).
Livres (d'artiste) à deux mains, La Grappe N°86; septembre 2013.
Les biaisés comptez-vous et Changez tout !, Art & Anarchie, N°4; octobre 2013.
Comme des cerfs, en duo avec Christine Van Acker, Comme en poésie N°56; décembre 2013.
L'un visible, l'autre pas, Revue Alsacienne de Littérature N°120 (sur le thème "l'invisible");décembre 2013.
TATOU, Microbe N°88; mars-avril 2015.
On n'y arrive pas, Comme en poésie N°62; juin 2015.
Rien ne va plus, Revue Alsacienne de Littérature N°123 (sur le thème "jeux"), juin 2015.
Place à la poésie (participation au dossier ainsi dénommé), Olisum / Genese, N°135-136, revue franco-turque; juin 2015.
Faisons connaissance (extraits, livre d'artiste), Revu, N°1; mars 2016.
Tissés métissés, Totem pour ma langue, Vocatif N°27; avril 2016.
 
PUBLICATIONS EN LIGNE
(voir aussi sur ce même blog dans la catégorie "textes")
 
Même, nous, site de Milady Renoir, septembre 2008
Jachères, madame, site Tapages, 19 février 2011
Au théâtre ce soir, site Reflets du temps, 7 mars 2011
Les déchets poétiques, site Le Tréponème bleu pâle, déc.2011
Poème écrit à la main, site Dépositions/Olivier Bastide, nov.2011.
Mille millards deux mille d'abord, Appel d'air 2 , site actuSF, mai 2012
Strates, Sur le bout de la langue, extraits de "On joue tout seul", revue en ligne site Recours au poème, 19 juillet 2012.
Autoportrait en pieds revers, Ma conception de la poésie, poème "Tissés métissés", site Dépositions/Olivier Bastide, 6 septembre 2012.
Les balles perdues ; Des images de l'enfance ; L'enfance en nous ; septembre 2012; site "Levure littéraire"
Vite ville (poème publié dans "Cairns N°11) repris sur le site "biloba" ; 14 octobre 2012
On joue tout seul, extraits, dans "l'anthologie permanente" sur le site "Poézibao", printemps 2013.
Hygiène, extrait, sur le site ecritscrisdotcom.wordpress.com
http://ecritscrisdotcom.wordpress.com/2013/06/14/alain-helissen-my-life-on-horseback-back-to-gary-cooper-08027810-6/
D'un instant l'autre, revue en ligne Gelée rouge N°2, août 2013.
Tatou, Le tréponème bleu pâle, N°2000, novembre 2014 :
http://leoncobra.canalblog.com/
Proies, extraits de ce livre unique sur le site "Le Capital des mots" d'Eric Dubois (10/12/2014) :
http://www.le-capital-des-mots.fr/2014/12/le-capital-des-mots-alain-helissen.html
Du lieu de l'origine, extraits : 2 fragments de ce livre d'artiste qui en comporte 7 (avec des peintures d'Alexandra Fontaine" sur le site "Terre de femmes"
Publication des 7 fragments sur le site de la revue Lorem Ipsum ; mars 2015.
Tissés-métissés, sur le site de Monique Marta; octobre 2015 :
http://www.moniqueannemarta.fr/158399617
Totem pour ma langue, sur le site de Monique Marta; octobre 2015 :
http://www.moniqueannemarta.fr/158399617
 
 
 
 
AUDIO-VIDEO
 
- Sans peur et sans solfège, avec le groupe Village Popol, Album CD 16 titres.(2000)
- Un point c’est trou, spectacle poétique avec le groupe Village Popol, CD 45 mn.(2001)
- Lecture-spectacle - août 2008, Centre de rencontre Château du Pont d'Oye. Textes mis en scène et lus par des comédiens.  DVD/vidéo.

Performances/lectures /interventions diverses/ateliers d'écriture/salons/expos
(sélection)
 
- Strasbourg, Musée d’art moderne, printemps 2000, avec le groupe Village Popol.
- Diane-Capelle, Foyer des jeunes, 2000, avec le groupe Village Popol.
- Roanne, Médiathèque municipale, 2000;
- Lyon, Librairie La Proue, 2000.
- Nancy, Forum Irts, 2001, avec le groupe Village Popol.
- Metz , Café littéraire, mars 2002.
- Périgueux, Festival Expoésie, juillet 2002
- Marseille, CipM, octobre 2002
-Metz, Arsenal, novembre 2002
- Saint-Quentin-en-Yvelines, Maison de la poésie, avril 2003.
- Metz, Ecole des Beaux-Arts, duo avec Jean-Pierre Verheggen, juin 2003.
- Université de Cergy-Pontoise, participation au colloque « Poésie et jubilation », novembre 2003. (table ronde + lecture)
- St-Quirin, concert et lecture, avec le groupe Village Popol, nov.2003
- Lille, Biplan, cabaret littéraire, lectures collectives, mars 2004.
- Rennes, Péniche/spectacle,lectures collectives, mars 2006.
- Paris, Librairie Laurence Mauguin,lectures collectives, juin 2006.
- Metz, Médiathèque du Pontiffroy, mars 2007.
- Jurancon, poésie dans les chais, 15 sep. 2007
- Metz, Médiathèque de Borny, 13 octobre 2007.
- Caen, artothèque, décembre 2007. 
- Quimperlé et pays de Quimperlé, Festival de la Parole Poétique, fév.-mars 2008.
- Nancy,   galerie 379 (vernissage d'expo photo), 21 mai 2008.
- Paris, Librairie "La lucarne des écrivains", juin 2008.
- Château du Pont d'Oye (résidence d'écrivain), Habay-la-Neuve, Belgique, 22 août 2008.
- Tarbes, Théâtre des Nouveautés, 3 mars 2009.
- Nancy, Galerie 379, 12 mars 2009.
- Metz, Médiathèque du Pontiffroy, " Ces vers pour rire",14 mars 2009.
- Metz, intervention à l'Ecole Supérieure d'Art Metz Métropole, le 23 mars 2009, avec Vincent Wahl.
- Metz, lecture publique d'un cadavre exquis, Place Saint-Louis + lecture d'extraits de "Metz in Japan", salon de "l'été du livre", 6 juin 2009.
- Metz, salon de la poésie Teranova, 12 et 13 sep. 2009.
- Thionville, salon du livre d'artiste, 3 et 4 octobre 2009.
- Metz, Pontiffroy-Poésie, 10 octobre 2009 "poésie gourmande", avec Vincent Wahl et Patrice Maltaverne.
- Amnéville-les-Thermes, Médiathèque, 20 mars 2010 (Printemps des Poètes)
- Nancy, galerie 379, lectures collectives, 20 mars 2010 en soirée
- Lassalle (Vosges),  bivouac-lectures en pleine nature , 11 août 2010.
- Metz, Pontiffroy-Poésie, lecture d'extraits de "Metz in Japan" avec Jean-Pierre Verheggen, 4 déc.2010.
- Lunéville, participation au salon "Lunélivre", 5 déc.2010.
- Les estivales du Saulnois, salon du livre, Château d'Aulnois sur Seille, 19 juin 2011.
- Festival "D'une rive à l'autre", lectures, Château de Pange (57) 23 et 24 juillet 2011.
- Eclats de vers, spectacle poétique avec accompagnement musical et vocal, Bibliothèque de Sarrebourg, 5 août 2011.
- Participation au salon du livre d'artiste de Thionville; octobre 2011.
- La Cave littéraire, Villefontaine (38), récital poétique avec Jacques K. Perrin au violoncelle, 15 octobre 2011.
- Exposition de livres d'artiste, galerie 379, Nancy; déc.2011.
- Metz, Pontiffroy-Poésie, "Des poètes en Lorraine" (collectif de 12 poètes). 10 mars 2012.
- Exposition "TVA 2012" (travail sur les lettres TVA, augmentation de la TVA sur le livre) ; ZIP 22, Barlols 28 janv.-10 février 2012.
- Exposition "Premières pages", St-Maximin-la-Sainte-Baume, fév.2012.
- Strasbourg, Médiathèque rue Kuhn, Oüie libre, lectures collectives, 17 mars 2012.
- Printemps de Durcet, festival poétique, lectures collectives, 24 et 25 mars 2012.
- Médiathèque du Pontiffroy-Metz, Rencontre et échanges avec des étudiants en L1 (classe de Nicolas Brucker), en duo avec Vincent Wahl, 19 octobre 2012.
- Hôtel de Ville de Virton (Belgique), "La revue Traversées fête ses auteurs", lectures collectives (13 poètes participants), 26 octobre 2012.
- Villers-les-Nancy, intervention/échanges avec une classe de 1ière ES (prof. Muriel Carminati), Lycée Stanislas, 15 novembre 2012.
- Strasbourg, Médiathèque rue Kuhn, Oüie Lire, lecture en solo, 1 décembre 2012.
- Metz, Pontiffroy-Poésie, "Des poètes en Lorraine", séance collective avec 11poètes de lorraine, mars 2013.
- Muno (Lambermont, Belgique) animation d'un atelier d'écriture l'après-midi et lectures en soirée, dont 3 textes lus en duo avec Christine Van Acker ; 25 mai 2013.
- Sarrebourg, jardin de la sous-préfecture "visite nocturne". Lecture en public de la légende lorraine "Le crapaud diable d'Abreschviller". 15 août 2013.
- Nancy, galerie Neuf, exposition de livres d'artiste, 12 et 13 septembre 2013.
- Thionville, Salon du livre d'artiste "Autres rives autres livres", Beffroi; 5 et 6 octobre 2013.
- Metz, Pontiffroy-Poésie (médiathèque Verlaine), "Des poètes en Lorraine", séance collective avec 9 poètes de Lorraine; 8 mars 2014.
- Sarrebourg, bibliothèque Messmer ; animation d'un atelier d'écriture; 15 et 22 mars 2014.
- Vandoeuvre les Nancy, CCAM; festival Poema; participation à un mini marché de la poésie les 28, 29 et 30 mars 2014.
- Envers Verlaine, lectures croisées avec Vincent Wahl ; Metz, Pontiffroy-Poésie, Médiathèque Verlaine, 7 juin 2014.
- Nancy, La Manufacture, lectures collectives (filmées), 19 juin 2014. Et stand marché poésie (périphérie du Marché de la poésie/Paris) médiathèque de Nancy, 19-20-21 juin.
- Nancy, galerie 379, lecture et présentation de mes livres d'artiste, 13 septembre 2014.
- Metz, Pontiffroy-Poésie, "Des poètes en Lorraine", séance collective avec 9 poètes ; 14 mars 2015.
- Woippy (banlieue Metz), salle St-Exupéry, invité de "Rencontres poétiques" (animation Dom Corrieras), 25 septembre 2015.
- Paris, PEN Club français, hommage collectif à Gilbert Desmée, 13 janvier 2016.Lecture d'un extrait de "On joue tout seul".
- Tournée de lectures collectives (avec 4 autres poètes) "Printemps Poétique Transfrontalier", mars 2016. Neuf lieux de la Grande Région: Dudelange, Edenkoben, Bad Dürkheim, Namur, Verdun, Epinal, Thionville, Saarbrücken, ST. Wendel. 
- Esch-sur-Alzette, Kulturfabrik, festival Poema, 25 juin 2016.
 
Textes sur des peintres et artistes
 
- Saxopictophonie (sur Robert Blass) Catalogue de l’exposition “  Itinéraires de la création plastique en Lorraine ”, Metz, 1983.
- Scènes de la vie d’un fôve (sur Hubert Saint-Eve), idem
- Des corps en a(r)ttitude (sur Christian Bizeul), inédit, 1991.
- Chaos aller-retour (sur Hubert Saint-Eve), Artension N°22, mars 1991
- Denis P. Négelé, Peintre , Festival de Nitting, “  Bivouacs et Oracles ”, 1992 et repris dans Mes maisons dans les Vosges, de Martine Schnoering (2006)
- Michael Lonsdale, une voix (poème), Festival de Nitting “ Voix et peintures ”, 1993.
- Kremer contre Kremer (sur Pierre Kremer), Festival de Nitting, 1994.
- Présentation du travail d'Alexandra Fontaine, catalogue de l'exposition "Paysage(s)", Saint-Quentin-en-Yvelines, oct-nov 2014.
 
 
 
Mail-Art/ Expos / travaux visuels /
 
 
- « A quarter of century », 1987.
- « Laude toi-même » (sur André Laude), 1997.
- « Mosaïque de la paix pour l’an 2000 », Gennevilliers, 1997.
- « 200 artistes de 30 pays », Tourlaville, 1999.
- CD ROM “  Ambiente ”, Italie, 2001.
- « Festival d’art singulier de Roquevaire », Roquevaire, 2002.
- « Le mot, le verbe et la mer », Festival de Lodève, 2002.
- « Mein Aldi, Mon Cora, De Lux », exposition transfrontalière Saar/Lor/Lux., 2003.
- « MAIL ART 2003, Hommage aux fondateurs », V.A.C. (édition d’un catalogue)
-“Artists whithout borders”, Madrid 2003
- « Le Monde entier est un théâtre », Festival d’Avignon, juillet 2003
- « Les correspondances de Manosque font leur cinéma », Manosque, sept.2003.
- « Le Carnaval et ses géants », Centre social Corneille, Villeneuve d’Ascq, 2004.
- « 300 ième anniversaire de Saint-Pétersbourg », Central Museum of Communication, Saint-    Pétersbourg, 2004.(édition d’un catalogue)
- « Mouse-age », Neufahrn, Allemagne, 2004.
- « Regard sur une autre culture », Bibliothèque municipale, Saint-Jeoire (Savoie), 2004.
- « Le citron », Menton, printemps 2004.
- « Notre ami taxi man » , Menton, automne 2004.
- « Résistance », Festival « résistance », Foix, juillet 2004 + Uzeste, août 2004 + Arles, août 2004.
- «  Délices de Chine », La Rochelle, oct-nov 2004.
- « Vélo-manie », San Remo (Italie), avril 2005, expo itinérante.
- « Mickey goes mail art », Allemagne, 2006.
- « HIV/AIDS » (combat contre le sida, Ghana (Afrique) 2005.
- «  scents : locks : kisses », Wellen (Belgique), 2005.
- «  La ville », Vitrolles, mai 2005.
- « AJBBET », Seyne les Alpes, septembre 2005.
- «  ART = START + », Middelburg (Hollande), micro-livre réalisé pour librairie spécialisée en livres d’artiste.(2005)
- « Les bons contes font les bons amis », Valady, août 2005 et Korgnegane (Burkina Faso) décembre 2005.
- « Le marcheur », Villy en Auxois, août 2005.
- « Clair-obscur », Chaville, décembre 2005.
- «  La photographie », Arles-Grifeuille, 2006.
- «  Europe et jumelages », Laval, juin 2006.
- «  La fête », Seyne les Alpes, septembre 2006.
- «  Toutes les couleurs du monde », Milano 2006.
- «  Night of sun », Bartenstein (Allemagne), printemps 2006.
- «  Les fenêtres qui parlent », Hellemmes (59) affichage sur les fenêtres des habitants + expo, mars-avril 2006.
- « Voyages », Salon du timbre & de l’écrit 2006/La Poste, Paris,juin 2006.
- « Il martirio », Montalbano jonico (Italie), juillet 2006.
- « Röbling/brooklyn bridge » (200ième anniversaire), Kunstwestthüringer Mühlhausen/Allemagne. Octobre 2006.
- « Evasions », Association EVA Villy en Auxois; août 2006.
- « Rat de bibliothèque », Neufahrn, Allemagne, fév. 2007.
- «  Missive de Paix », galerie l’Art et la Paix , Saint-Ouen, octobre 2006.
- « Christmas », Bragny-sur-Saöne, décembre 2006.
- « L’âne Président », Chauny, janvier 2007 .
- « La porte », Paris, janvier 2007.
- " 68", Paris sep.2007.
- " Move against G8", Minden , Allemagne, juin 2007.
- " A day with Picasso", Dhaka, Bangladesh, avril 2007.
- " Post-modernité", Puebla, Mexique, juin 2007.
- " The Tale", Montalbano Jonico, Italie, juin 2007.
- " War or Peace", Florianopolis, Brésil, juillet 2007.
- " Le chat", Melun, 2007.
- " le miroir", communes du Nord, 2007.
- " In memory of the rape of Nanking", Munich, Allemagne, 2007.
- "Mon monde", Leiden, Pays-Bas, 2007.
- " Thème libre", Hergugney, Vosges, décembre 2007.
- " Y a-t-il une vie avant la mort ?", Guivry, France, février 2008.
- " Le voyage", collège César Franck, Amiens, mars 2008.
- "Men in a Women's job", Berlin, avril 2009. (édition d'un catalogue)
- Montres ta langue Parles ta langue, Atelier d'André Robèr, 1-20 juillet 2011.
- "Correspondances - Boîtes noires", projet de Daniel Daligand, présentation des oeuvres au Café de Flore le 26 mai 2011.
- "Dites-le avec des timbres", Nanterre, exposition en février 2012.
- " La fin du monde", bibliothèque de Sarrebourg, juillet-septembre 2012 (organisée par mes soins)
- collage format A4 (moutons de Panurge) pour RUN BOOK, art book in progress (publié sur site RUN BOOK début juin 2012)
- expo d'art postal sur le thème "la poésie", Nantes 2013.
- "Détournements de billets de banque...retour au sens !", Namur octobre 2012.
- expo d'art postal sur le thème "Is that right ?", lycée de Minden, Allemagne; octobre 2012.
- expo " 1ère Biennale de poésie visuelle", Ille-sur-Têt (66), juillet 2013.
- "Et toi, c'est quoi ton utopie ?", expo chez André Robèr, été 2014.
- "Les héros ne meurent jamais", expo mail art, Bibliothèque Pierre Messmer, Sarrebourg; 5 septembre-31 octobre 2014 (organisée par mes soins)
- expo "2ème Biennale de poésie visuelle", Ille-sur-Têt (66), juillet 2015; "carnet de BONS".
 
Bio/bibliographie
Bio/bibliographie
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Bibliographie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact