Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 09:02
extraits de "Lorsque c'est arrivé"
extraits de "Lorsque c'est arrivé"
extraits de "Lorsque c'est arrivé"

extraits de "Lorsque c'est arrivé"

Alain Helissen

Lorsque c'est arrivé

 

Un nouveau carnet d'artiste, conçu cette fois comme une histoire quelque peu énigmatique dans laquelle chacun pourra imaginer les tenants et les aboutissants.

L'ouvrage comporte 21 collages papier rehaussés parfois d'écorces de pin, de fil de laine et de feutre rouge.

Format : 11 x 17 cm

48 pages; couverture ivoire

Exemplaire unique, numéroté 1/1 et signé.

Il a été réalisé en février et mars 2020.

L'ouvrage n'est plus disponible à la vente.

 

Lorsque c'est arrivé
Lorsque c'est arrivé
Lorsque c'est arrivé
Partager cet article
Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 14:55
extraits
extraits
extraits

extraits

Alain Helissen

Mots & Co

Un petit carnet à spirales ne comportant que des collages, textes et images confondus, avec, ici et là, quelques mots écrits à la main.

Mots & Co ne suit d'autres fils que ceux suscités par la rencontre improbable, sur mon bureau, de ma "réserve de mots" et de ma "réserve d'images".

Un rendez-vous assurément poétique qui devrait, je l'espère, accrocher l'attention du "regardeur". Les extraits présentés vous en offrent un premier aperçu. D'autres extraits peuvent vous être adressés sur simple demande.

format du carnet à spirales: 10,5 cm x 16,5 cm

nombre de pages : 50 (dont 25 collages/images)

couverture et 4ème de couverture: photos de "livres pliés" réalisés par Brigitte Laugier.

carnet unique numéroté 1/1 et signé par l'auteur

Mots & Co a été réalisé en janvier 2020

Ce carnet n'est plus disponible à la vente.

 

 

Mots & Co, livre unique
Mots & Co, livre unique
Mots & Co, livre unique
Partager cet article
Repost0
22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 11:08
Impertinences
Impertinences
Impertinences

Alain Helissen

Impertinences

 

Un nouveau carnet d'artiste réalisé en juillet 2019. Un carnet noir où les mots viennent s'inscrire en blanc, à côté et entre des collages papier insolites. Il n'y a pas de fil conducteur dans cet ensemble mené  librement, au gré de mes inspirations.

Format du carnet à spirales: 21 x 15 cm

40 pages comportant 19 collages-papier

Exemplaire unique numéroté 1/1 et signé

L'ouvrage a été réalisé en juillet 2019

Il n'est plus disponible à la vente.

 

extraits de: "Impertinences" droits réservés
extraits de: "Impertinences" droits réservés
extraits de: "Impertinences" droits réservés

extraits de: "Impertinences" droits réservés

Partager cet article
Repost0
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 08:47
Des poètes en Lorraine, le 7 mars 2020, médiathèque Verlaine à METZ

CYCLE DE RENCONTRES POÉTIQUES

Des poètes en Lorraine (9 ème édition)

Samedi 7 mars 2020, 15h30-18h

Entrée libre

Médiathèque Verlaine (Pontiffroy), 1 Cour Elie Fleur, METZ

 

Dans le cadre du Printemps des Poètes 2020, l'association Partage-Poésie, avec le soutien de la Médiathèque Verlaine de Metz, accueille des poètes du Grand Est. Voici une présentation sommaire des différents participants, dans l'ordre de leur passage sur scène. Chacun d'entre eux lira pendant environ 10 minutes. En fin de séance, les poètes présents dédicaceront leurs ouvrages.

 

Claire Antoine

Vit à Metz. Anciennement professeure de lettres, aujourd'hui aspirée par l'écriture de mots venus d'une sorte d'exigence intérieure sensible aux mots des autres, poètes ou scientifiques, sous des formes ayant un rapport plus ou moins étroit avec la voix, le souffle. Des recueils en autoédition dont les derniers : « Desversgondages » et « Là où je m’étais arrêtée. » et, plus récemment, « Testament poétique ».

Didier Benini

Contemplatif aiguisé et « écriturien » besogneux, Didier Benini s'est nourri des ouvrages des plus grands écrivains tels Céline, Kessel ou London. L'écriture, parfois périlleuse mais toujours libératrice, lui permet de trouver son équilibre. L'un de ses textes, « Le cri des Zanimaux », a été intégré à un livre d'étude du français d'une université californienne (Focus Publishing, 2007). Comédien amateur, Didier Benini tente ainsi de dompter le tract qui le saisit à chaque représentation. Son dernier ouvrage, « Jet d'encre », a été publié en 2018.

Claude Billon

Depuis bien longtemps, Claude Billon fait partie des agitateurs poétiques sur la place de Metz et au-delà. Sa modestie naturelle l'a toujours poussé à faire passer son talent d'écrivain au second plan, privilégiant la défense de ses amis poètes, parmi lesquels le regretté Jean Vodaine, l'ami alsacien Jean-Paul Klée ou encore le facteur Jules Mougin pour lequel il a coordonné un catalogue d'exposition édité par la médiathèque Verlaine. Claude Billon n'a guère publié, en dehors de textes en revue, principalement pour la revue Travers. Mais sa plume brillamment caustique n'épargne rien d'une critique implacable de notre monde actuel.

Sophie Bykovsky

Née en 1958. Surnommée « la colère de Dieu » bien qu’athée, elle vit et travaille entre Lorraine et Aveyron. Journaliste, écrit des chroniques de rue, des poèmes de trottoir et de forêt, peint des huiles et des pastels. Ses derniers ouvrages : « Rouges flocons », écrits sur la Russie, mon cœur (2019) et « Là où tout flotte » (2019). Elle expose très prochainement à la médiathèque de Toul (vernissage-lecture le samedi 14 mars, en compagnie d'autres poètes) .

Dom Corrieras

Né en 1952 en Gironde. A vécu longtemps en Corse puis dans la région niçoise avant de s'installer à Maizières les Metz. Ex designer, directeur artistique et concepteur-rédacteur dans la communication, il animait depuis 2015 et jusqu'en 2019 des rencontres poétiques à Woippy Il continue d'alimenter le blog : Le bordel des poètes (http://domcorrieras.fr). A publié divers recueils de poésie dont en 2016, « Ad libitum » (poèmes et nouvelles). Depuis il a commis quelques scénarios de BD pour le dessinateur Serge Annequin (édition prévue en 2021). En gestation désormais « Ce peu de choses », recueil de poèmes et pseudo-fables...

Alain Cressan

Né en 1971, vit et travaille à Metz. Il a publié poésie, traduction et essais critiques dans les revues Action PoétiqueLigne 13Revue de Belles Lettres, Cahier du refuge, Jacataqua, Pension Victoria… Il collabore régulièrement au Cahier Critique de Poésie. Livres : Duo de Felos (Amastra-n-Gallar, 2010), Tabouret(avec Claude Royet-Journoud, 2011), Jeux (Contrat Maint, 2011), Esfera Volante(Amastra-n-Gallar, 2012), A fin de, cinq fables pour Jean Roudaut (lnk, 2013), Du jeu dans la lecture, version cartographiée (Contre-mur, 2014), Orbis Personae, Amastra-n-Gallar, 2015). Il a dirigé la très discrète collection lnk. Son dernier ouvrage, « Degrés,114 sur 365 » a paru en 2019 au Théâtre typographique (choix de Bénédicte Vilgrain.)

Alain Helissen

Né en 1954. A cofondé la revue artistique et littéraire FAIX et collaboré à plus de 60 revues littéraires. Co-anime avec Vincent Wahl, depuis 2007, un cycle de rencontres poétiques à la médiathèque Verlaine de Metz. Il a publié une vingtaine d’ouvrages. Parmi les plus récents, « On joue tout seul » (Corps Puce, 2010), « Des lettres de la Voie Lactée » (Cactus Inébranlable éditions, 2016). Il réalise aussi de nombreux livres d’artiste, en solo ou en duo avec un(e) plasticien(ne). Voir son blog pour plus de détails sur toutes ses publications : http://alainhelissen.over-blog.com. Il lui arrive d'animer des ateliers d'écriture.

Jean-Louis Houchard

Né en 1947 à Dombasle, où il réside. Dernières publications : Médits, avec Jean-Michel Marchetti (éd. Rencontres 2011), Etudes de Frottements, avec Myriam Librach et Cécile Borne (Galerie 379, 2012), livre-CD collectif Des temporalités multiples aux bruissements du silence, Daniel Charler in memoriam (Hermann 2013), H/H-Battements, livre d'artiste avec Daniel Humair (éd. Rencontres, 2014). Musicien improvisateur non-idiomatique il a joué notamment avec Cage, Akita (Merzbow), Humair, Bobillot, Parant... Initiateur de l'ouvrage collectif rencontrer John Cage (Voix éditions). Il a été l'invité de la séance Pontiffroy-Poésie du 5 décembre 2015 en compagnie de Stéphanie Court (danse)

Gilbert Vautrin

Né en 1949 à la campagne près de Nancy. Vit en région nancéenne. Poète marcheur qui se laisse interpeller par le Dehors. A publié 3 livres aux éditions Aencrages & Co : KWZ, L’hiver un autre, De plain-pied. Se sent proche de la démarche du plasticien Hamisch Fulton (« la marche est l’œuvre d’art ») ou du peintre Alexandre Hollan (« je suis ce que je vois »). Dernière publication : Anges et Corbeau, Aencrages & Co, 2015 et, plus récemment, « Le carnet noir », éd. Baz'Art Poétique, 2019.

Vincent Wahl

Né à Strasbourg en 1957. A vécu à Orléans, Paris. Vit aujourd'hui à Metz et à Paris. Cherche une poésie de l'urgence et de la légèreté. Ne craint pas les sujets concrets, voire de circonstance. A publié : Communauté des parlants (Cylibris), Œil ventriloque et Tous les râteliers (Rhubarbe), et des livres d’artiste : à plats/asecs (avec eOle). De nos coques les claire-voies et Six masques de Saturne (avec Max Partezana), Mort sous-marinière  avec Myriam Librach et Michel Henné d'après The ship of death  de DH Lawrence. Co-anime avec Alain Helissen, depuis 2007, le cycle des rencontres poétiques à la médiathèque Verlaine de Metz.

 

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2020 7 12 /01 /janvier /2020 16:28
Tristan Félix

Tristan Félix

 

Carte blanche à

Tristan Félix

Le samedi 18 janvier 2020, à 16h30

Médiathèque Verlaine

1 cour Elie Fleur, METZ

 

Entrée libre

 

Tristan Félix : derrière ce « nom de scène » masculin apparaît une femme et à travers elle un kaléidoscope de personnages oeuvrant dans un théâtre cruel et facétieux. En se rendant sur le site de Tristan Félix, intitulé « arts vifs et poésie », on peut lire en ouverture : « Ouvroir de poésie sauvage et magique.Fabrique de créatures grotesques et tragiques. Haut-fourneau de l'enfance et de l'animalité. Observation des extrémités du vivant. CHANTIER INTERDIT AU CONCEPT. »

C'est là une bonne entrée en matière pour tenter de présenter cette « artiste totale » qui pratique à elle seule la poésie, le conte, le mime, le chant, le théâtre de marionnettes, d'objets ou d'ombres, l'art vidéo, la performance, la photographie.Elle semble aussi parler toutes les langues, y compris celles des oiseaux et surtout des langues imaginaires.Elle a codirigé avec Philippe Blondeau une excellente revue : La Passe qui pourrait bien renaître sous d'autres formes...à la manière d'Ovaine peut-être !

Difficile de savoir ce que va nous réserver Tristan Félix à la médiathèque Verlaine de Metz, le 18 janvier 2020 à partir de 16h30. On a osé, en tout cas, lui donner carte blanche. Osera-t-elle nous gratifier d'une « lecture prouesse » ? Ou se déguisera-t-elle en « clown trash » pour un numéro tenant des arts du cirque  ? Nous emmènera-t-elle dans le monde onirique et fantastique d'Ovaine, personnage à métamorphoses multiples qui a fait l'objet d'un livre récent (*) ? Ce qui paraît sûr, c'est que vous ne pourrez pas être indifférents à une telle débauche d'inventions verbales et de créations imaginaires dont la poésie reste le socle régénérateur.

(*) "Ovaine, la saga", éd.Tinbas, 2019.

 

Voici la présentation proposée par Vincent Wahl

 

Notre invitée d’aujourd’hui est donc la poète Tristan Felix. Fréquenter, plusieurs jours durant, les traces de l’activité artistique de Tristan Felix, parce qu’on sait, par exemple, qu’il va bien falloir trouver à dire quelques mots d’introduction, c’est faire l’expérience de quelque chose d’assez entier, de frais, d’enthousiasmant, mais aussi de perplexifiant . D’emblée elle est présentée comme une artiste polymorphe, quasi protéiforme ; clown, photographe, marionnettiste, poète, conteuse, danseuse. … mais assez vite, on comprend que toutes ces facettes sont celles d’un seul et unique personnage, en construction perpétuelle, et qui pourrait même être une vraie personne !

Un personnage qui parle avant de naitre, dit-elle d’elle même, Je connais au moins un précédent : Kirikou , bien sûr ! (Je pensais comparer TF à Lewis Caroll, à Raymond Queneau, à Tomi Ungerer, mais celui qui vient, c’est Kirikou !)

Et donc il y eut un moment, un crépuscule du matin ou du soir, où TF s’extirpa elle-même, par la force de sa propre voix, ce « moteur à éclosion », s’extirpa donc, comme Athéna, de la cuisse d’une rivière impressionniste pleine de renoncules blanches et chatouilleuses. Mais d’éléments biographiques, à part l’officielle naissance au Sénégal et la résidence à Paris ou dans sa petite couronne, point. Sauf un si je l’ai bien compris : la fréquentation de l’ école « de la Bienfaisance ». Le reste n’est peut-être que fantasme de ma part : j’imagine cet établissement comme furieusement catholique, j’imagine aussi que notre artiste s’y est trouvée exposée à une synthèse insidieuse entre les bonnes intentions et l’autoritarisme arbitraire, entre le douçâtre et le fielleux. Je vois de l’ennui, et le besoin de le tromper en inventant des jeux, des formes, avec ce qu’on avait sous la main, les débris, les bouts de ficelle ? Je vois dans tout cela une puissante et constante source de dégoût et d’inspiration. Mais peut-être aussi une école du regard et de l’écoute. Peut-être aussi l’origine d’une inclination vers des mystiques, des rituels, à condition qu’ils soient animistes, chamaniques …

A la vie, imprévisible, dit Tristan Felix dans la revue « recours au poème ». La vie dans tous ses possibles, dans tous ses prolongements, comme fabrique de créatures grotesques et tragiques, comme melting pot d’humanité et d’animalité. L’intérêt pour la tératologie, pour les poissons momifiés, pour la figure du clown, les marionnettes. L’intérêt pour les « termes » de la vie, ses franges ; la naissance – fût elle avortée- et la mort. Au cours d’un entretien filmé par son complice nicAmy dont j’ai déjà tiré plusieurs éléments, Tristan Felix défend le continuum de la vie, dit que la tâche du poète est de retrouver le continuum, contre le compartimentage que fabriquent les mots, les termes. Faire chatoyer tout cela. Laisser la vie exprimer sa puissance, laisser tout cela « germiner ».

Peut-être aussi faire surgir autour de soi par le pouvoir de la langue, de l’imagination, tout un peuple, une armée. D’avortons, de marionnettes, de golems, de chats noirs, de scarabées à la carapace vert métallique, de guerriers en origami, de fétiches, comme Karaba la sorcière ? On peut s’appeler Tristan, ou Ovaine, ou Gauvain, être un chevalier errant, être vaillant, comme Kirikou, on n’est pas pour autant réduit à être une poor lonesome cowgirl. Et ce peuple armé de sa faconde, on le suscite pour combattre quoi ? La sottise ? La lâcheté ? La méchanceté ? Les termes ? La mort ? L’ennui ?

Peut-être l’apprendrons nous aujourd’hui. Laissons opérer devant nous la magie. A toi, Merlin, à toi Gauvain, à toi, Tristan !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 09:43
Deux livres pauvres...ne font pas un livre riche!
Deux livres pauvres...ne font pas un livre riche!
Deux livres pauvres...ne font pas un livre riche!
Deux livres pauvres...ne font pas un livre riche!

Parmi mes dernières réalisations, 2 "livres pauvres", c'est à dire réduits chacun à une seule feuille pliée en 3 volets.

D'abord, "Si la rose", libre variation du poème célèbre de Ronsard "Mignonne allons voir si la rose...". acrylique et texte.

Et "Place des Grands Hommes", collages et acrylique, sans texte ajouté.

Il s'agit de livres uniques. Format ouvert; 24 x 32 cm; format replié: 10,5 x 32 cm.

Ces livres pauvres, qui présentent un volet blanc à l'intérieur lorsqu'ils sont repliés peuvent être utilisés comme une carte (de voeux ou autre...) pour un envoi postal.

Prix à l'unité: 16 euros, port inclus.

Les 2 ouvrages sont proposés à 30€, port offert.

Réservation préalable: alain.helissen@live.fr

 

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 18:01
couverture Cairns 25

couverture Cairns 25

Poème intra muros

 

Les murs n'ont pas de portes

Les murs sont trop hauts

pour être franchis

Les murs longent la frontière

Selon que tu sois

d'un côté ou de l'autre

tu es libre ou pas

de tes allées venues

 

Ceux qui écrivent et dessinent

à la sauvette sur les murs

voudraient que rien n'empêche

tout passage entre tous pays

 

Ceux qui gravent chaque jour

un bâton de plus

dans le décompte de leur peine

voudraient escamoter les murs

pour fuir l'enfermement

qui les tient à l'écart

de toute humanité

 

En mur est

le signe de la propriété

de sa clôture

 

En mur est

l'interdiction de pénétrer

le territoire privé

 

Emmuré

vivant

le pire des supplices

 

En mur est

tout à la fois

le mot qui protège

et qui cerne

 

En mur est

le mot de l'accident

en plein dans le mur !

En mur est

la honte des camps

 

Les murs appellent les murs

à laisser le poème intra muros

libre de toute sortie

 

Il a déjà franchi la porte

 

Alain Helissen

avril 2019

 

Obs. Ce texte a été publié dans la revue "Cairns N°25" (septembre 2019), dirigée depuis de nombreuses années par Patrick Joquel. Il est à noter que cette revue thématique accompagne les poèmes qu'elle publie de fiches pédagogiques à destination des scolaires. Une manière originale de susciter l'intérêt des jeunes pour la poésie. Deux exemplaires de "Cairns 25" peuvent être commandés à mon adresse. (9€ l'unité + frais de port)

Réservation : alain.helissen@live.fr

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 23:22

Cousumot

 

 

Il n'y a pas d'ourlet

pour circonscrire le poème

 

Il n'a pas de fin

dans son pantalon trop long

Il voit les mots partir

Il ne sait pas pour où

 

Il les suit des yeux

jusqu'à ce qu'ils disparaissent

au tournant d'une phrase

qui n'a pas dit son dernier mot

 

Dans le silence de ses pointillés

le poème attend

le lever d'une ligne

porteuse d'horizon

 

Peut-être

un mot caché

dans les froissements du papier

 

surgira-t-il

d'un puits de lumière

pour nous illuminer ?

 

Il faut laisser la place

à qui vient de naître

encore si fragile

encore si incertain

encore en voie d'essai

 

Des mots du bout des doigts

venus toucher une première phrase

une phrase d'approche

ou bien phrase d'accroche

pour un texte à venir

 

Des mots suspendus dans le vide

balancés par le vent

Des mots nus

 

Le poème viendra habiter parmi nous

Au bout de l'île les oiseaux se rassemblent

C'est demain le départ

 

 

Obs. Ce poème a fait l'objet d'un carnet d'artiste en duo avec Geneviève Guiguet ; janvier 2018.

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 10:55
extraits de "Cuvée spéciale"
extraits de "Cuvée spéciale"

extraits de "Cuvée spéciale"

Cuvée spéciale

Alain Helissen

 

Réalisé en septembre 2019, ce carnet "fait main" assemble textes et collages papier rehaussés ici ou là de quelques touches d'acrylique.

L'ouvrage comporte 6 collages originaux

Pas de thème particulier pour cette "Cuvée spéciale" vinifiée librement par Alain Helissen.

Format: 15 x 21 cm

12 pages; couverture bristol ivoire.

Pages intérieures: carton de luxe de fond texuré (220g), couleur ivoire.

Cet exemplaire unique, numéroté 1/1, compose l'édition originale de "Cuvée spéciale" 

Ce livre n'est plus disponible à la vente

 

 

autres extraits de "Cuvée spéciale"
autres extraits de "Cuvée spéciale"
autres extraits de "Cuvée spéciale"

autres extraits de "Cuvée spéciale"

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2019 6 09 /11 /novembre /2019 11:26
photo de Patricia Castex Menier

photo de Patricia Castex Menier

 

 

Patricia Castex Menier

invitée par l'association Partage-Poésie

Le samedi 23 novembre 2019, 16h 30

à la médiathèque Verlaine

1 cour Elie Fleur, METZ

 

Entrée libre

 

Patricia Castex Menier est née à Paris, où elle vit. Elle est (ou a été?) professeur de français et de latin.

Elle a commencé à publier dans les années 1970. Son œuvre, riche aujourd'hui d'une vingtaine d'ouvrages, privilégie l'écriture poétique. Elle ne compte, si je ne me trompe pas, qu'un seul roman, « L'éloignée », paru aux éd. La Dragonne en 2001.Notons aussi que son dernier livre « Chroniques incertaines » (éd. Petra, 2019) utilise aussi la forme de la prose. Citons encore, parmi les titres les plus récents, « Al Andaluz » (éd. Du Cygne, 2019), « C'est si simple un poème » (éd.Pippa, 2018), « Adresses au passant » (éd.Henry, 2018), « Instantanés » (éd.Tipazza, 2018), « Notes d'égée » (éd.La Porte, 2018).

 

La poésie de Patricia Castex Menier prend racines, toujours, dans le quotidien le plus concret. Elle se nourrit de l'immédiateté des images et de l'émotion qu'elles suscitent, dans un souci de résonance, en écho de nos expériences communes. Cette poésie s'inscrit dans le passage. Elle aborde autant la gravité que la légèreté, avec parfois un brin de malice. C'est souvent un mot isolé qui est le départ d'un poème, comme un premier pas entraîne la marche à venir.

 

Patricia Castex Menier se dit « poète par intermittence ». Elle reste « en retenue », se gardant de toute déclaration intempestive. Dans un entretien avec Jean-Claude Tardif, qui lui a consacré un numéro spécial de sa revue « A l'index » titré « Les mots du silence », elle déclare n'avoir « pas de grandes idées, pas d'imagination, et encore moins de théorie. » Ce qu'elle sait surtout, « c'est que le poème naît du silence et y retourne lorsqu'il est achevé. » Dans le même entretien elle rajoute : « écrire, c'est d'abord être dans l'accueil, cela passe par le regard, l'écoute, une façon de se sentir disponible au monde, à l'autre, et de recevoir ce qu'il a à nous offrir. Alors les mots arrivent, portés par l'émotion, jubilatoire ou douloureuse... »

 

Si Patricia avoue, dans un précédent entretien avec Alain Freixe, que « rien ne remplace la lecture solitaire d'un livre, elle précise, heureusement pour nous, qu'entendre un poète lire ses propres textes, c'est bien aussi, mais attention à la tentation du spectacle... »

Du spectacle, il n'y aura pas, mais sûrement beaucoup d'attention et d'intérêt à l'écoute de Patricia Castex Menier et de sa poésie.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact