Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 11:05

La pièce commence à 20h 15, le 16 novembre 2010, retransmise en direct sur France2. Dans le rôle principal - il n'en aurait accepté aucun autre - Nicolas Sarkozy donne la réplique à trois acteurs jouant des personnages de journalistes : David Pujadas, Claire Chazal, Michel Denisot. Tous les quatre sont des stars du boulevard, têtes incontournables du PAF. Le thème de la pièce : un peu d'ordre dans le ménage de la France, via un remaniement de son équipe dirigeante. L'entraîneur, le meilleur sur le Marché, le plus "fillonnable" aussi, est reconduit dans ses fonctions. Quelques assistants techniques sont remerciés pour s'être trop fatigués à avoir bien travaillé. D'autres, tout frais diplômés de la Comédie Française ou nantis d'une forte expérience théâtrale, sont appelés à intégrer l'équipe. Revenons à la pièce. Pour ne pas être pris de court par des questions embarrassantes, Nicolas Sarkozy réussit à inverser les rôles. C'est lui qui pose les questions, sur un modèle peu variable : "Est-ce que vous croyez, David Pujadas, que je n'ai pas autre chose à faire que de surveiller les journalistes ?" Non, bien sûr, David Pujadas ne le croit pas, ni Claire Chazal ni Michel Denisot. D'ailleurs, tous les trois ne sont pas là pour embêter leur partenaire. Ils jouent dans la même pièce et touchent pour ça à peu près le même cachet. En tout cas, un cachet très au-dessus de celui de la majorité de téléspectateurs comme moi, impuissant devant mon petit écran qui fait, pour le coup, écran entre deux mondes, celui des privilégiés et celui des dépossédés. Du débat qui a suivi la pièce, j'ai retenu la remarque de Cécile Duflot évoquant "un million de français qui n'auront pas de quoi se chauffer cet hiver." Une remarque pour le moins incongrue, face à l'autosatisfaction de l'élève-président Nicolas Sarkozy : "G20 sur 20 !" Pour d'autres, les notes s'alourdissent toujours un peu plus. Rideau.

 

Alain Helissen 

Sarrebourg

link

Repost 0
Published by Niala Nessileh - dans Articles
commenter cet article
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 15:06
 
Retraite à 60 ans, 65 ans, 67 ans… L’avenir recule. Réjouissons-nous, frères humains. L’appréhension que nous pouvions avoir d’une trop longue période d’inactivité est derrière nous ! À nous les grands boulevards d’une vieillesse débordante de travail. Enterrée la crainte de devoir se recycler pour un bail de 20 ans et plus. Le fantôme de la retraite s’éloigne durablement. Voilà de quoi se re-motiver professionnellement. Relancer des dossiers auxquels on ne croyait plus. Repartir de l’avant, plus jeune que jamais. Exit les petits bobos qu’on imputait hypocritement à son âge pas si avancé que ça. 60 ans, c’est à peine les trois quarts du chemin, statistiques à l’appui. Cap sur l’avenir ! Plus besoin de compter les jours. L’entreprise nous offre une hospitalité prolongée. Sautons sur l’occasion ! Retroussons nos manches et signons gaiement ce contrat de confiance qui souligne nos bons et loyaux services. Dix ans de plus, c’est une belle perspective, de quoi nourrir l’espoir de gravir quelques échelons supplémentaires, d’avoir en tout cas un revenu plus intéressant que celui d’une retraite fortement amputée. On l’a échappé belle ! Juste au moment où ça allait nous tomber dessus ! Le bonus inespéré ! On va pouvoir consommer de plus belle, reprendre un crédit pour une nouvelle voiture, réserver une semaine aux Baléares en juillet, changer de télé ! Au travail, frères humains qui après ça mourrez. Bénissons nos politiques. Embrassons femme et enfants. L’avenir renaît de ses cendres. Le pays respire. Nous allons remplir les caisses de la Sécu pour qu’à 80 ans, nos enfants bénéficient d’une retraite honorable. Trois actifs pour un inactif. D’ailleurs, les chômeurs, il suffit de leur couper les vivres pour qu’ils se remettent au travail. Assez attendu. Le développement durable de l’être humain passe par son activité salariale. Produisons sans relâche des richesses et n’écoutons pas ces bruits de couloir insinuant que certains parmi nous gagnent 10, 100, 300, 400…voire 800 fois plus que nous. Si cela était avéré, soyons sûrs qu’il s’agit de personnes hautement méritantes sans lesquelles notre emploi se verrait mis en péril. Éloignez, frères humains, vos mauvaises pensées. 68, noblesse du calendrier, chantait Léo Ferré. Chantons aujourd’hui 68, l’âge d’or du travailleur. Après, c’est que du bonus. Quelle plus belle fin de vie que de servir jusqu’à la limite de nos forces les intérêts supérieurs du pays ! De participer jusqu’au bout à sa grandeur ressuscitée. Au boulot citoyens ! Jusqu’à ce que mort s’en suive !
  
Alain Helissen
Publié dans Marianne n°559, 5/11 janvier 2008
Repost 0
Published by Alain Helissen - dans Articles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact