Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2019 3 04 /12 /décembre /2019 18:01
couverture Cairns 25

couverture Cairns 25

Poème intra muros

 

Les murs n'ont pas de portes

Les murs sont trop hauts

pour être franchis

Les murs longent la frontière

Selon que tu sois

d'un côté ou de l'autre

tu es libre ou pas

de tes allées venues

 

Ceux qui écrivent et dessinent

à la sauvette sur les murs

voudraient que rien n'empêche

tout passage entre tous pays

 

Ceux qui gravent chaque jour

un bâton de plus

dans le décompte de leur peine

voudraient escamoter les murs

pour fuir l'enfermement

qui les tient à l'écart

de toute humanité

 

En mur est

le signe de la propriété

de sa clôture

 

En mur est

l'interdiction de pénétrer

le territoire privé

 

Emmuré

vivant

le pire des supplices

 

En mur est

tout à la fois

le mot qui protège

et qui cerne

 

En mur est

le mot de l'accident

en plein dans le mur !

En mur est

la honte des camps

 

Les murs appellent les murs

à laisser le poème intra muros

libre de toute sortie

 

Il a déjà franchi la porte

 

Alain Helissen

avril 2019

 

Obs. Ce texte a été publié dans la revue "Cairns N°25" (septembre 2019), dirigée depuis de nombreuses années par Patrick Joquel. Il est à noter que cette revue thématique accompagne les poèmes qu'elle publie de fiches pédagogiques à destination des scolaires. Une manière originale de susciter l'intérêt des jeunes pour la poésie. Deux exemplaires de "Cairns 25" peuvent être commandés à mon adresse. (9€ l'unité + frais de port)

Réservation : alain.helissen@live.fr

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 23:22

Cousumot

 

 

Il n'y a pas d'ourlet

pour circonscrire le poème

 

Il n'a pas de fin

dans son pantalon trop long

Il voit les mots partir

Il ne sait pas pour où

 

Il les suit des yeux

jusqu'à ce qu'ils disparaissent

au tournant d'une phrase

qui n'a pas dit son dernier mot

 

Dans le silence de ses pointillés

le poème attend

le lever d'une ligne

porteuse d'horizon

 

Peut-être

un mot caché

dans les froissements du papier

 

surgira-t-il

d'un puits de lumière

pour nous illuminer ?

 

Il faut laisser la place

à qui vient de naître

encore si fragile

encore si incertain

encore en voie d'essai

 

Des mots du bout des doigts

venus toucher une première phrase

une phrase d'approche

ou bien phrase d'accroche

pour un texte à venir

 

Des mots suspendus dans le vide

balancés par le vent

Des mots nus

 

Le poème viendra habiter parmi nous

Au bout de l'île les oiseaux se rassemblent

C'est demain le départ

 

 

Obs. Ce poème a fait l'objet d'un carnet d'artiste en duo avec Geneviève Guiguet ; janvier 2018.

 

Partager cet article
Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 14:52
montage de l'auteur

montage de l'auteur

On joue tout seul

extraits 

 

Poétiquant encore :

Bon d’accord c’est vrai

Je fais l’oiseau

J’ai pas les ailes qu’il faut

ni mon nid dans les arbres

 

Je vole entre deux eaux

et j’ai froid sous la peau

 

J’donne du tempo

pour pas mourir trop tôt

 

Et quand elle ne peut pas

faire dodo elle vient

à mon bureau me dire

tout de go :

«  Alors, toi, ça va, mon vieux ? »

Rideau.

 

On joue tout seul

des monologues à tiroir

à peine ouverts que

déjà refermés

comme la braguette

après le jet d’urine

 

On joue la nuit

les prolongations

d’un match contre soi

Mots boomerang

sur la langue

revenus

Esméralbol

de jouer avec toi

ton cinéma d’papa

 

Hugo home !

c’est du chewing-gum

d’la pâte molle

du sous-Clinton

 

Quasimolo

t’as bon dos

retiens ton rot

Aventi populo !

 

Molo molo

Molard de rien

T’as craché mon salaud

A côté du pot

Pas beau

Pas beau

L’tableau !

Je me disperse

Je me dis perce !

Perds ce je

qu’jai dans ma peau

ézie

éper

dûment

 

Je me lis perse

afghan ou est-ce

pagnol breton

bifton mal

tais où ?

T’as quoi ?

T’aboies ta loi

et quoi ?

 

Je me dis pense

Je me dispense

bêtornorme

bêtamanger

des vers acides

de corneilles éventrées

entre racines

en décomposition française

 

Je m’essuie

J’y reste

assis

J’éteins

J’ai rien

qu’un gros chat

grin

 

 

 

___________________________________________

On joue tout seul, Alain Helissen

Editions Corps-Puce, 2010 

Cet ouvrage est disponible à mon adresse. Préciser si dédicace souhaitée ou non. Prix: 12 euros (+3,42 € de frais de port)

Commande à : alain.helissen@live.fr

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 15:00

Pommème

Pommes tombées là

une deux puis trois

Dans l'herbe tu les crois

à croquer mais les vois

habitées déjà

de vers par ci par là

Pommes tombées là

trop tôt des branches

pliées par trop arquées

poids total en charge

largement dépassé

pommes enlevées de là

compostées dans le bas

du jardin mêlées là

aux détritus au tas

des restes d'ici-bas

Pommes goûtées déjà

par les insectes par les oiseaux

à qui la pulpe à qui la peau

un pépin au moineau

le reste à l'étourneau

Pommes Noël passé

n'en reste sur les branches

nues que deux ou trois

comme boules de sapin

en moins brillant

c'est ça

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 21:22
vocatif N°27

vocatif N°27

"Tissés-métissés" et "Totem pour ma langue", deux de mes poèmes publiés sur le site de Monique Marta, en attendant de figurer dans sa revue "Vocatif".

lien:

http://www.moniqueannemarta.fr/158399617

 

La revue-papier a paru fin avril 2016; VOCATIF N°27; 80 pages ; 12 euros

Contact pour commande : Monique.marta0294@orange.fr 

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 11:28
les textes sont présentés "cachés" derrière des volets qu'il faut soulever pour lire.
les textes sont présentés "cachés" derrière des volets qu'il faut soulever pour lire.

les textes sont présentés "cachés" derrière des volets qu'il faut soulever pour lire.

On ne sait pas

si la vie continue

derrière les volets

On n'ouvre pas

pour voir

 

C'est comme

quand on éteint la télé

On ne sait pas

si le film continue

derrière l'écran éteint

 

Derrière le volet

la lumière qui filtre

ne nous éclaire pas

 

Seule la nuit parvient

à pénétrer dans la chambre

derrière le volet

 

Petit volet

ne cache pas moins

 

Volet de bois vert

Volet par le vent battu

Volet clos d'une maison vide

et qui attend

la main qui l'ouvrira

 

Le dernier volet est à conserver

 

Trié sur le volet

et pourtant fourbe

 

Sans volet lyrique

point de salut

 

Les volets sont les paupières des maisons

les fenêtres leurs yeux

_____________

Ce texte a fait l'objet d'un livre d'artiste réalisé par l'auteur en janvier 2014. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 15:12

Mais quand t'as tout

tu crois t'as quoi ?

Tu crois te manque rien

quand tu crois t'as tout ?

 

Et tout de toute tournure

tu l'as jamais tout, trop dûr !

Jamais t'as tout

Et tu joues ton va-tout à tout va !

 

Pour le coup casse-cou

Tu mises tout sur rien

Et t'as plus rien du tout

Ou tout au plus des os à toutou

perdus au fond d'un trou

Un point

c'est tout

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 13:34

 

nouvelles-images-9071.JPG

Vous

êtes venu

par voie basse et n'a

vez pas tardé à haus

ser le ton à cri

er votre indignation

face à un entou

rage vous entourant

de trop près vous

reluquant la gamelle

digéreant à votre place

le menu du jour

en s'inquiétant de chac

une de vos bouchées

 

Vous

avez grandi de

soupe populaire de rien

n'êtes arrivé à rien

qu'à ce cadran

en limite de course

 

Vous

ne comptez plus

 

Vous

laissez se dé

rouler les derniers mots

de l'inventaire

 

Vous

lorgnez sans le lire

ce générique de fin

 

Vous

avez déjà oublié

le nom du film

 

Vous

vous êtes en

dormi sur votre identité

 

D'un rêve vous re

vient cette image de vous

faisant la planche sur un O

céan sans nom dé

rivant au large

porté per des eaux bienveillantes

ignoré des carnassiers marins

comme de tout avis de re

cherche

 

Corps flottant

vers l'Eternité

bras tendus

 

(Les embruns ne font pas frissonner vos narines)

 

extrait de "Le rappel des titres"; éditions Les Deux siciles; 2008.

Encore disponible chez l'auteur ; 78 pages ; 10€ (+ 1,85 € de frais de port)

Partager cet article
Repost0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 12:47

Abrérations

 

N'a pas de nom n'est connu

que sous le nom de pôvre

N'a pas assez de mots

pour se construire un monde

à l'image de ceux

qui l'ont bâti pour eux

 

N'a pas de quoi masquer

cet accent circonflexe

à sa langue collé

entre les lettres P et V

comme un Procès-Verbal

 

N'a pas la connaissance

qu'il faut ni le mode d'emploi

pour asseoir pouvoir

possession domination

à la table dorée

du club des négociants

en misère humaine

 

N'a que le peu

de lettres apprises

déclinées RSA, SMIC

et autre aumône minimale

valant également

pour solde de tout compte

à la banque alimentaire

rue des Patates à l'eau

 

N'a reçu que les miettes

d'un gâteau réservé

aux tenanciers du monde

 

N'a que l'espoir

de lendemains qui chantent

sur des airs d'évangile

Heureux les affamés

Car ils seront rassasiés

 

Tandis que pauvreté

mère de tous les vices

va noyer ses petits

bien trop nombreux pour elle

Alain Helissen

 

publié dans la revue L'Intranquille,N°4 (dossier "Pauvretés") ; juin 2013

90 pages ; 14 €

contact : at.agneau@wanadoo.fr

l-intranquille.jpg


Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 17:01

Ils disent Cythera

Cerigo Tsirigo

Kythera mais

Kythira m'ira

Et à peine accosté

En fais mon adoptée

Ile c'est elle dit-on

Où sur la côte

Face à l'Orient

Les vagues en leur écume

donnèrent naissance à Aphrodite

mythe au logis sommeille

En ces îles ioniennes

 

Les vents se sont heurtés

Aux falaises abruptes

Plus loin ont réussi

A pénétrer les terres

Pliant genêts bruyères

 

O Kythira ma belle

Qu'est devenue la Grèce ancienne ?

Les dieux nouveaux ont figure de rapaces

S'empiffrant le gosier

De la chair de ton peuple ruiné

 

Aux sept sources de Karavas

J'ai rempli ma gourde

Et repris le chemin

J'ai vu les grottes

Le temps les ronge encore

Mais personne n'y prie

 

Ce texte a été publié dans l'ouvrage collectif " Adoption des îles grecques par les poètes" sous la coordination de Constantin Kaïteris.Paru aux éditions Corps Puce en mai 2013.

Voir présentation de cet ouvrage sur le présent blog, dans la catégorie "Actualités"


 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Alain Helissen-Poésie
  • : BLOG de "poésie". Vous y trouverez une présentation des ouvrages d'Alain Helissen mais aussi des ouvrages publiés dans la collection "Vents Contraires" qu'il animait chez VOIX éditions/Richard Meier jusqu'en 2010. Actualités également du cycle de rencontres poétiques "Pontiffroy-Poésie"qu'il coanime avec Vincent Wahl à la médiathèque Verlaine (Pontiffroy) à Metz. Et infos diverses.Liste des recueils et revues chroniqués.Liste d'ouvrages de poésie (d'occasion) mis en vente, Présentation de nombreux livres d'artiste réalisés seul ou, le plus souvent, en duo avec un(e) plasticien(ne).
  • Contact